Afrique du Sud: la parole une dernière fois à la défense au procès Pistorius

Barry Roux, l'avocat d'Oscar Pistorius, à Pretoria le 30 juin 2014 [Phill Magakoe / Pool/AFP/Archives] Barry Roux, l'avocat d'Oscar Pistorius, à Pretoria le 30 juin 2014 [Phill Magakoe / Pool/AFP/Archives]

L'avocat Barry Roux va tout faire ce vendredi pour retourner la tendance en faveur d'Oscar Pistorius devant le tribunal de Pretoria, au lendemain d'une brillante plaidoirie du procureur qui a requis jeudi une "condamnation pour meurtre" contre l'ancien champion paralympique sud-africain.

Pour la défense du sportif, c'est par un regrettable concours de circonstances qu'il a abattu son amie Reeva Steenkamp, un mannequin de 29 ans, en tirant quatre balles à travers la porte des toilettes où elle se trouvait, à 03H17 du matin le 14 février 2013, jour de la Saint-Valentin.

Oscar Pistorius dit avoir entendu du bruit dans la salle de bain, saisi son arme en disant à Reeva d'appeler la police (sans obtenir de réponse). Il affirme y être allé prudemment sur ses moignons, avoir entendu du bruit dans les toilettes, pensé que quelqu'un allait sortir pour l'attaquer, crié à Reeva d'appeler à l'aide (sans obtenir de réponse) et avoir tiré.

Une expertise a retenu qu'il était responsable de ses actes et n'était pas hyperanxieux, mais Me Roux estime que l'athlète, amputé des deux jambes en dessous du genou, est rendu hypersensible par son handicap.

- "beaucoup de temps pour réfléchir" -

Le procureur Gerrie Nel estime au contraire qu'Oscar Pistorius, 27 ans, a tué son amie délibérément au cours d'une dispute. Si elle était enfermée dans les toilettes, c'est selon lui qu'elle fuyait sa colère.

Il "ne peut pas échapper à une condamnation pour meurtre", a insisté M. Nel, qui estime même que Pistorius est coupable d'assassinat, puisqu'il a eu le temps de préparer son geste.

Le procureur Gerrie Nel devant le tribunal de Pretoria le 7 août 2014 [Werner Beukes / POOL/AFP]
Photo
ci-dessus
Le procureur Gerrie Nel devant le tribunal de Pretoria le 7 août 2014

"L'accusé a pris son pistolet, l'a armé, a marché vers la salle de bain, a tiré et tué la victime. (...) Il a eu beaucoup de temps pour réfléchir", a déclaré le procureur au terme de presque cinq heures d'un réquisitoire sans pitié.

"Je ne sais pas quand il a pris son arme, mais il a pris sa décision. Ca, Madame, c'est de la planification", a-t-il insisté, s'adressant à la juge Thokozile Masipa.

Oscar Pistorius risque une peine incompressible de vingt-cinq ans de prison s'il est reconnu coupable d'assassinat.

Quand bien même la juge croirait à la thèse du cambrioleur caché dans les toilettes, Pistorius devrait selon M. Nel être condamné pour meurtre, car il a tiré sur un être humain sans être directement menacé.

Le procureur a même envisagé le cas --très peu probable selon lui--, dans lequel la cour accepterait l'une des versions de Pistorius, le tir incontrôlé et involontaire sous l'effet de la panique. Même dans ce cas, souligne-t-il, "l'accusé ne peut pas échapper à une condamnation pour homicide involontaire", qui devrait l'envoyer en prison.

Toute la journée de jeudi, Gerrie Nel s'est efforcé de démontrer que la version de l'accusé était pleine de contradictions et avait en fin de compte été "fabriquée" pour cacher la vérité.

Menaçant la juge Masipa d'un début d'audience à 09H00 au lieu de 09H30 vendredi, l'avocat Barry Roux a réussi à prendre la parole après le procureur, pour amorcer sa contre-offensive. Dénonçant des erreurs factuelles de son adversaire, il a promis du concret pour sa plaidoirie vendredi.

La juge Thokozile Masipa rendra son verdict à une date ultérieure, mettant fin à un long feuilleton télévisé qui passionne --et divise-- les Sud-Africains depuis le 3 mars.

Vous aimerez aussi

Thuli Madonsela, la médiatrice sud-africaine, engagée dans un implacable bras de fer contre le président jacob Zuma, photographiée à son bureau le 28 aout 2014 à Pretoria [Gianluigi Guercia / AFP]
AfSud Thuli Madonsela, la Dame de fer sud-africaine qui ose réclamer des comptes au président
Photo d'archives du 11 janvier 2014 montrant la plage de Camps bay, l'un des quartiers touristiques près de Cape Town [Rodger Bosch / AFP/Archives]
AfSud Afrique du Sud : l'accès aux visas se durcit
Un jeune garçon participe le 7 août 2014 sur la plage de Monwabis dans la banlieue du Cap aux activités de Waves for Change ("des vagues pour changer"), une ONG fondée par le surfeur britannique Tim Conibear [Rodger Bosch / AFP]
AfSud Le surf comme antidote à la misère des township du Cap

Ailleurs sur le web

Derniers articles