Yémen: 15 soldats enlevés et exécutés par Al-Qaïda

Un soldat yéménite à un poste de contrôle sur la route vers Amran, à 50 kilomètres de la capitale Sanaa, le 9 juillet 2014 [Mohammed Huwais / AFP/Archives] Un soldat yéménite à un poste de contrôle sur la route vers Amran, à 50 kilomètres de la capitale Sanaa, le 9 juillet 2014 [Mohammed Huwais / AFP/Archives]

Quinze soldats yéménites ont été exécutés par un commando d'Al-Qaïda peu après leur enlèvement vendredi soir dans la province du Hadramout, dans le sud-est du pays, a affirmé un responsable militaire.

Les soldats ont été "arrêtés par un commando d'Al-Qaïda" qui a intercepté leur bus près de la ville de Chibam et conduits dans la localité proche de Houta, où il ont été exécutés, a précisé le même responsable.

Des habitants ont raconté que quatre des soldats ont été égorgés et les autres tués par balle.

Avant l'exécution, qui a été tenue en public, le chef du commando qui se fait appeler Jalal Belaïdi Abou Hamza al-Zinjibari, a pris la parole pour galvaniser ses hommes avant de donner l'ordre de tuer les soldats.

"C'était un massacre horrible et nous avions été terrorisés par cet acte barbare", a raconté à l'AFP l'un des habitants, qui a assisté à l'exécution et qui a demandé à ne pas être identifié de peur de représailles.

Les soldats, en permission, ont pris un bus de Seyoun, un fief d'Al-Qaïda, qui se rendait à Sanaa, selon la même source.

L'armée a tout de suite dépêché des renforts dans la région de Houta pour tenter d'arrêter les auteurs de cette attaque.

Les attaques attribuées à Al-Qaïda se sont multiplié ces derniers jours au Hadramout.

Jeudi, quatre soldats et 11 membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués dans deux attaques contre des installations de l'armée au Hadramout.

La première attaque a visé un QG de l'armée à Seyoun, dans la province du Hadramout.

"Les hommes d'Al-Qaïda ont attaqué le bâtiment et l'armée a riposté, tuant sept des assaillants et blessant un autre", a déclaré un responsable militaire. Un soldat a été tué et un autre blessé, selon la même source.

Dans la deuxième attaque, des insurgés ont pris pour cible une caserne à Qatan, ville située à 40 km à l'ouest de Seyoun, a indiqué un autre responsable militaire.

"Les assaillants n'ont pas réussi à entrer dans la caserne mais trois soldats ont été tués et quatre autres blessés", a-t-il déclaré.

Un responsable de l'administration locale a affirmé pour sa part que les assaillants ont perdu quatre hommes dans l'attaque de la caserne.

Mercredi, sept soldats ont été tués dans deux embuscades et une attaque attribuées à Al-Qaïda dans trois provinces du sud et du sud-est du Yémen.

Dix-huit membres du réseau extrémistes ont également trouvé la mort selon des sources des services de sécurité et le ministère de la Défense.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a revendiqué, dans deux communiqués publiés mercredi, une série d'attaques contre l'armée dans le sud et le sud-est du Yémen, affirmant avoir tué "plus de 20 soldats".

Aqpa a profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen en 2011, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer sa présence dans le pays, notamment dans le sud et le sud-est.

À suivre aussi

Les séparatistes, soutenus par les Émirats arabes unis, réclament l'indépendance du Sud du Yémen.
Moyen-orient Vers un apaisement dans le conflit au Yémen ?
Les images satellites des frappes en Arabie Saoudite. Les trainées noires à gauche de l'image sont les fumées causées par les attaques.
Moyen-orient Guerre, pétrole, Yémen... Tout comprendre sur les attaques de drones en Arabie Saoudite
Des membres des forces séparatistes sudistes au Yémen font le V de la victoire à bord d'un char sur la périphérie de la province d'Abyane, voisine de celle d'Aden, le 29 août 2019  [Saleh Al-OBEIDI / AFP]
International Au Yémen, le torchon brûle entre le pouvoir et les Emirats

Ailleurs sur le web

Derniers articles