Yémen: 15 soldats enlevés et exécutés par Al-Qaïda

Un soldat yéménite à un poste de contrôle sur la route vers Amran, à 50 kilomètres de la capitale Sanaa, le 9 juillet 2014 [Mohammed Huwais / AFP/Archives] Un soldat yéménite à un poste de contrôle sur la route vers Amran, à 50 kilomètres de la capitale Sanaa, le 9 juillet 2014 [Mohammed Huwais / AFP/Archives]

Quinze soldats yéménites ont été exécutés par un commando d'Al-Qaïda peu après leur enlèvement vendredi soir dans la province du Hadramout, dans le sud-est du pays, a affirmé un responsable militaire.

Les soldats ont été "arrêtés par un commando d'Al-Qaïda" qui a intercepté leur bus près de la ville de Chibam et conduits dans la localité proche de Houta, où il ont été exécutés, a précisé le même responsable.

Des habitants ont raconté que quatre des soldats ont été égorgés et les autres tués par balle.

Avant l'exécution, qui a été tenue en public, le chef du commando qui se fait appeler Jalal Belaïdi Abou Hamza al-Zinjibari, a pris la parole pour galvaniser ses hommes avant de donner l'ordre de tuer les soldats.

"C'était un massacre horrible et nous avions été terrorisés par cet acte barbare", a raconté à l'AFP l'un des habitants, qui a assisté à l'exécution et qui a demandé à ne pas être identifié de peur de représailles.

Les soldats, en permission, ont pris un bus de Seyoun, un fief d'Al-Qaïda, qui se rendait à Sanaa, selon la même source.

L'armée a tout de suite dépêché des renforts dans la région de Houta pour tenter d'arrêter les auteurs de cette attaque.

Les attaques attribuées à Al-Qaïda se sont multiplié ces derniers jours au Hadramout.

Jeudi, quatre soldats et 11 membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués dans deux attaques contre des installations de l'armée au Hadramout.

La première attaque a visé un QG de l'armée à Seyoun, dans la province du Hadramout.

"Les hommes d'Al-Qaïda ont attaqué le bâtiment et l'armée a riposté, tuant sept des assaillants et blessant un autre", a déclaré un responsable militaire. Un soldat a été tué et un autre blessé, selon la même source.

Dans la deuxième attaque, des insurgés ont pris pour cible une caserne à Qatan, ville située à 40 km à l'ouest de Seyoun, a indiqué un autre responsable militaire.

"Les assaillants n'ont pas réussi à entrer dans la caserne mais trois soldats ont été tués et quatre autres blessés", a-t-il déclaré.

Un responsable de l'administration locale a affirmé pour sa part que les assaillants ont perdu quatre hommes dans l'attaque de la caserne.

Mercredi, sept soldats ont été tués dans deux embuscades et une attaque attribuées à Al-Qaïda dans trois provinces du sud et du sud-est du Yémen.

Dix-huit membres du réseau extrémistes ont également trouvé la mort selon des sources des services de sécurité et le ministère de la Défense.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a revendiqué, dans deux communiqués publiés mercredi, une série d'attaques contre l'armée dans le sud et le sud-est du Yémen, affirmant avoir tué "plus de 20 soldats".

Aqpa a profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen en 2011, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer sa présence dans le pays, notamment dans le sud et le sud-est.

Vous aimerez aussi

Un oléoduc en Arabie saoudite cible d'attaques de drones des rebelles au Yémen
Conflit Un oléoduc en Arabie saoudite cible d'attaques de drones des rebelles au Yémen
Le cargo saoudien au large des côtes françaises attend pour entrer dans le port du Havre, le 9 mai 2019 [LOIC VENANCE / AFP]
Polémique Armes françaises au Yémen : pas d'escale au Havre pour le cargo saoudien
Photo du cargo saoudien Bahri Yanbu, le 9 mai 2019 au large du Havre [LOIC VENANCE / AFP]
Politique Armement français au Yémen : face à la polémique, Emmanuel Macron «assume»

Ailleurs sur le web

Derniers articles