Excursions suspendues sur le Stromboli

Coulée de lune sur la mer et coulée de lave sur le Stromboli, dans les îles Eoliennes en italie, le 9 aout 2014 [Giovanni Isolino / AFP] Coulée de lune sur la mer et coulée de lave sur le Stromboli, dans les îles Eoliennes en italie, le 9 aout 2014 [Giovanni Isolino / AFP]

Les excursions sur le volcan Stromboli dans les îles Eoliennes en Sicile sont suspendues depuis quelques jours après l'apparition d'une nouvelle coulée de lave, tandis que l'Etna connaît lui aussi une forte activité éruptive cet été, selon les autorités locales et un photographe de l'AFP sur place.

Un nouveau cratère s'est ouvert il y a deux jours dans la partie haute du Stromboli, à environ 650 mètres d'altitude, alors que le volcan culmine à 750 mètres, ce qui a obligé la municipalité à suspendre les ascensions de touristes, pilotées par des guides mais qui sont quotidiennes sur le volcan.

Pendant toute la durée de la coulée, il est impossible de monter à plus de 290 mètres d'altitude sur le sentier qui mène jusqu'au sommet du volcan, selon une ordonnance municipale, destinée à empêcher les excursions sauvages qui pourraient s'avérer dangereuses dans cette phase très effusive du Stromboli.

La nouvelle coulée de lave du Stromboli qui plonge dans la mer sur le flanc du volcan, au lieu appelé "la Sciara del fuoco" ("la route du feu") est très visible par bateau. Vue du 9 aout 2014 [Giovanni Isolino / AFP]
Photo
ci-dessus
La nouvelle coulée de lave du Stromboli qui plonge dans la mer sur le flanc du volcan, au lieu appelé "la Sciara del fuoco" ("la route du feu") est très visible par bateau. Vue du 9 aout 2014

Des centaines de touristes se sont donc déversés sur les ferries qui font la navette entre le village de Stromboli et la minuscule localité de Ginostra de l'autre côté de l'île et sur la myriade de petites embarcations proposant des promenades en mer.

Car la nouvelle coulée de lave qui plonge dans la mer sur le flanc du volcan au lieu appelé "la Sciara del fuoco", littéralement la route du feu, sorte de toboggan naturel, est très visible par bateau même si, pour des raisons de sécurité, il est interdit de s'approcher à moins de 300 mètres.

Mais le spectacle de l'entrée de la lave dans l'eau qui produit des émissions de vapeur, de pierres et de cendres, pourrait être de courte durée.

Car selon le maire de Lipari, Marco Giorgianni, dont dépend Stromboli, et qui s'était transféré ces derniers jours sur l'île éolienne, "le flux de lave est en diminution évidente" depuis samedi.

De l'autre côté de la Sicile, l'Etna, près de Catane, connaît également une activité intense depuis le 25 juillet, après l'ouverture d'une fissure sur le cône du cratère nord-est.

Samedi, une colonne de cendres est montée jusqu'à 4.000 mètres d'altitude, selon l'Institut de géophysique de Catane, sans toutefois provoquer de perturbations aux alentours. Le très proche aéroport de la métropole sicilienne, que les autorités doivent souvent fermer le temps que se dissipent les fumées, n'a pas subi d'interruption de son activité.

Vous aimerez aussi

Image fournie par les services de secours de blessés soignés à l'extérieur de la discothèque à Ancône, le 8 décembre 2018 [Handout / Vigili del Fuoco/AFP]
Italie Panique dans une discothèque en Italie: 6 morts, des dizaines de blessés
Italie Le nouveau chef de la mafia sicilienne arrêté
Italie La Tour de Pise se redresse

Ailleurs sur le web

Derniers articles