Gaza : Abdallah II pour une solution "à deux Etats"

Le roi de Jordanie Abdallah II lors d'une revue de ses troupes, le 3 novembre 2013 à Amman [Khalil Mazraawi / AFP/Archives] Le roi de Jordanie Abdallah II lors d'une revue de ses troupes, le 3 novembre 2013 à Amman [Khalil Mazraawi / AFP/Archives]

La sécurité d'Israël ne sera assurée que si un accord de paix avec les Palestiniens menant à la création d'un Etat voit le jour, a affirmé dimanche le roi Abdallah II de Jordanie.

 

"En premier lieu, Israël est responsable de l'agression" dans la bande de Gaza, a déclaré le roi dans une interview au journal Al-Ghad, plus d'un mois après le lancement d'une nouvelle offensive israélienne sur l'enclave palestinienne qui a fait 1.916 morts, en grande majorité des civils palestiniens. Côté israélien, 64 soldats et 3 civils ont péri.

Il s'agit du conflit "le plus sanglant et le plus dévastateur" a ajouté le souverain, blâmant Israël pour ce bain de sang.

"La sécurité d'Israël ne sera pas assurée sans une véritable recherche d'une solution globale, une paix juste et une solution à deux Etats", a encore dit Abdallah II.

"C'est la seule façon pour Israël de garantir sa sécurité et d'être accepté dans la région et dans le monde entier", a également mis en garde le souverain, ajoutant que "tout le monde payerait le prix d'un échec, en particulier les générations futures, devant qui nous sommes responsables".

La Jordanie est le seul pays arabe, avec l'Egypte, à être lié à Israël par un traité de paix.

 

Vous aimerez aussi

Des Casques blancs, une organisation de secouristes en zone rebelle, luttent contre un incendie après des frappes aériennes sur la ville d'Idleb, le 24 mars 2017 en Syrie [Omar haj kadour / AFP/Archives]
Moyen-orient Syrie : Israël a évacué 800 Casques blancs et leur famille vers la Jordanie
Le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, le 21 mai 2017 à Ryad [BANDAR AL-JALOUD / Saudi Royal Palace/AFP/Archives]
crise économique L'Arabie, le Koweït et les Emirats à la rescousse financière de la Jordanie
Rahmé Jaafar a participé aux manifestations en Jordanie. Employée dans une ONG, elle est obligée de faire en plus de petits boulots pour survivre. Son fiancé, chef cuisinier, doit lui aussi donner des cours de plongée ou d'escalade pour assurer les fins de mois. Photo prise dans leur appartement le 9 juin 2018 [Laure Van Ruymbeke / AFP]
reportage Jordanie : derrière le mouvement de contestation, une classe moyenne à bout

Ailleurs sur le web

Derniers articles