Arrestation d'un Américain accusé d'allégeance aux jihadistes

Le département de la police de New York, à la station de métro de Times Square, à Manhattan surplombée par une reproduction de l'oeuvre de  George Tooker intitulée "The Subway, 1950", le 4 août 2014 [Timothy A. Clary / AFP/Archives] Le département de la police de New York, à la station de métro de Times Square, à Manhattan surplombée par une reproduction de l'oeuvre de George Tooker intitulée "The Subway, 1950", le 4 août 2014 [Timothy A. Clary / AFP/Archives]

Un Américain de 44 ans ayant exprimé sur Twitter son allégeance au leader des jihadistes en Irak et Syrie a été arrêté à l'aéroport John F. Kennedy de New York la semaine dernière et placé en détention, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Donald Ray Morgan, a été arrêté le 2 août, alors qu'il arrivait d'Allemagne, selon des documents de justice obtenus par l'AFP. Il avait passé huit mois au Liban où vit sa femme, selon le quotidien new-yorkais Daily News.

"L'accusé avait exprimé son allégeance au dirigeant de l'EI (Etat islamique) sur son compte Twitter: Abu Omar al-Amreeki", a précisé à l'AFP une porte-parole du procureur fédéral de Brooklyn.

Donald Ray Morgan a comparu devant un juge fédéral de Brooklyn qui a ordonné le 6 août son maintien en détention. Il a été inculpé de possession illégale d'arme, à la demande de l'Etat de Caroline du Nord, qui avait lancé contre lui un mandat d'arrêt en mai dernier pour possession et commerce d'arme. Ancien condamné, il n'était en effet pas autorisé à posséder une arme.

"Il n'est pas inculpé de terrorisme", a précisé à l'AFP un porte-parole du FBI à New York.

"Il est en cours de transfèrement en Caroline du Nord", a également précisé lundi après-midi la porte-parole du procureur fédéral de Brooklyn, sans autre détail.

Depuis début juin, des insurgés sunnites menés par des jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) se sont emparés de larges pans de territoires dans le nord et l'ouest de l'Irak.

Fin juin ils ont proclamé l'établissement d'un califat sur les territoires conquis en Irak et en Syrie, et changé le nom du groupe en "Etat islamique" (EI). Ils ont déclaré Abou Bakr Al-Baghdadi "calife".

C'est à lui que Morgan aurait prêté allégeance sur Twitter.

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles