Irak: Kerry met en garde Maliki dans son bras-de-fer avec le président Massoum

Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, le 23 juin 2014 à Bagdad [Brendan Smialowski / AFP] Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, le 23 juin 2014 à Bagdad [Brendan Smialowski / AFP]

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a réaffirmé lundi le soutien de Washington au président irakien Fouad Massoum et mis en demeure son Premier ministre décrié, Nouri al-Maliki, de ne pas ajouter la crise politique aux urgences militaire et humanitaire.

"Nous soutenons fermement le président Massoum (qui) a la responsabilité de garantir la Constitution de l'Irak", a déclaré John Kerry lors d'un déplacement à Sydney.

"Nous espérons que M. Maliki ne causera pas de problèmes", a-t-il ajouté.

Dans une allocation à la télévision dimanche soir, Nouri al-Maliki a accusé le président d'avoir violé deux fois la Constitution, notamment en ne confiant pas à un Premier ministre désigné la mission de former un nouveau gouvernement, et annoncé son intention de porter plainte contre lui ce lundi.

La coalition de Nouri al-Maliki, un chiite, a remporté les législatives du 30 avril et ce dernier vise un 3e mandat, mais il est vivement critiqué pour son autoritarisme et son choix de marginaliser la minorité sunnite qui, selon certains, a conduit à l'insurrection islamiste à l'oeuvre dans le nord du pays.

L'élection la semaine dernière de Fouad Massoum à la présidence irakienne ouvre la voie à la formation d'un nouveau gouvernement et la possible éviction de Maliki.

Washington, Téhéran, les dirigeants chiites et la majorité du propre parti de Maliki lui ont retiré leur soutien, mais il n'a pas encore renoncé.

Malgré l'enjeu, le Parlement a reporté dimanche au 19 août une session faute de consensus entre les députés sur le choix du Premier ministre.

Lors d'un déplacement en Irak dimanche, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a appelé à la mise en place d'un gouvernement d'union: "Il faut que tous les Irakiens se sentent représentés et puissent ensemble mener la bataille contre le terrorisme".

L'allocution télévisée de M. Maliki a suivi de peu un déploiement inhabituel de forces dans des zones stratégiques à Bagdad ressemblant aux mesures prises en cas d'état d'urgence, selon un haut responsable de la police.

John Kerry a appelé les Irakiens à "rester calmes". "Il ne doit pas y avoir de recours à la force, ni d'immixtion de militaires ou de milices dans cette étape démocratique de l'Irak", a-t-il dit.

"L'Irak a besoin de conclure le processus de formation de son nouveau gouvernement et les Etats-Unis feront tout leur possible pour aider à veiller au respect de la Constitution", a ajouté M. Kerry.

Selon une règle non écrite, le poste de président de la République, principalement protocolaire, est occupé par un Kurde, tandis que le président du Parlement est un sunnite et le Premier ministre un chiite.

Vous aimerez aussi

Les légionnaires français, troupes d'élite de nos armées
Forces françaises Le quotidien des légionnaires en Irak
Des jeunes irakiens manifestent devant l'entrée d'un champ pétrolier gardé par des soldats, le 14 juillet 2018 à Al-Qournah, dans la province de Bassora (sud) [Haidar MOHAMMED ALI / AFP]
Moyen-orient Deux morts en Irak dans un mouvement de grogne sociale qui s'étend
Des protestataires brûlent des pneus lors d'une manifestation à Bassora dans le sud de l'Irak, contre le chômage,le 12 juillet 2018  [Haidar MOHAMMED ALI / AFP]
contestation Les manifestations s'étendent dans le sud de l'Irak

Ailleurs sur le web

Derniers articles