Haïti : Aristide fait l'objet d'un mandat d'arrêt

Le président haïtien Jean Bertrand Aristide à Port-au-Prince le 18 mars 2011 [Thony Belizaire / AFP/Archives] Le président haïtien Jean Bertrand Aristide à Port-au-Prince le 18 mars 2011 [Thony Belizaire / AFP/Archives]

L'ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide, inculpé par la justice pour corruption, blanchiment des avoirs, trafic illicite de stupéfiants et forfaiture, fait désormais l'objet d'un mandat d'arrestation, a appris mercredi l'AFP de source judiciaire.

Y a-t-il un mandat d'arrêt émis contre M. Aristide ? "Je crois que oui", a répondu le juge Lamarre Bélizaire.

M. Aristide, qui a été convoqué mercredi au cabinet du juge d'instruction, ne s'est pas présenté au bureau du juge.

Un des avocats de l'ex-président, Me Mario Joseph, a indiqué à la presse qu'aucun mandat de comparution n'avait été délivré au domicile de son client et que par conséquent il (Aristide) ne pouvait pas se présenter au bureau du juge.

Une trentaine de personnes, des proches et des anciens dignitaire du gouvernement de M. Aristide sont également visées par une enquête judiciaire et font l'objet d'une mesure d'interdiction de quitter le territoire.

La semaine dernière, le juge Raymond Jean Michel, doyen du tribunal civil de Port-au-Prince, avait indiqué à l'AFP que M. Aristide faisait l'objet d'une enquête judiciaire pour "détournement de fonds publics, corruption et trafic illicite de stupéfiants".

Jean-Bertrand Aristide a dirigé Haïti à deux reprises: il est arrivé à la tête du pays en 1991 pour cinq ans, mais son mandat a été interrompu dès la première année par un coup d'état militaire. Après trois années d'exil aux Etats-Unis, il a été rétabli en 1994.

Il est ensuite revenu à la tête du pays en 2001 mais a été contraint de démissionner en 2004 avant de passer sept ans en exil en Afrique du sud.

M. Aristide est revenu en Haïti en mars 2011.

Vous aimerez aussi

catastrophe naturelle Haïti : un séisme de magnitude de 5,9 fait au moins 12 morts
Des manifestants à Port-au-Prince, le 24 août 2018 après un appel à la mobilisation lancé sur les réseaux sociaux pour dénoncer la corruption et la gestion opaque des fonds prêtés à Haïti par le Venezuela depuis plus d'une décennie [HECTOR RETAMAL / AFP]
Manifestation Haïti : mobilisation citoyenne contre la corruption
Manifestation contre le gouvernement du président haïtien Jovenel Moise, le 14 juillet 2018 à Port-au-Prince [HECTOR RETAMAL / AFP]
Politique Haïti : le nouveau gouvernement devra «soulager la misère»

Ailleurs sur le web

Derniers articles