Pakistan: deux bases aériennes attaquées, huit insurgés tués

Des forces de sécurité pakistanaises prennent position près de bases militaires après une attaque à Quetta le 15 août 2014 [Banaras Khan / AFP] Des forces de sécurité pakistanaises prennent position près de bases militaires après une attaque à Quetta le 15 août 2014 [Banaras Khan / AFP]

Les forces de sécurité pakistanaises ont annoncé avoir repoussé vendredi des attaques contre deux bases aériennes dans le sud-ouest du pays, tuant au moins huit insurgés.

Des hommes équipés d'armes automatiques, de grenades et de vestes explosives ont attaqué dans la nuit la base aérienne de Samungli, puis celle de Khalid, toutes deux situées à Quetta, capitale de la province du Baloutchistan.

"Les opérations dans ces deux bases sont terminées. Huit insurgés ont été tués, cinq à Samungli et trois autres à Khalid", a déclaré à l'AFP le colonel Maqbool Ahmed, en charge de ces opérations.

Selon ce responsable militaire, des insurgés se sont approchés avec leur pick-up du périmètre de la base de Samungli avant d'ouvrir le feu.

Après des échanges de tirs, des insurgés ont fait détoner leur veste explosive, a ajouté ce responsable, précisant que deux insurgés présumés avaient été arrêtés et que les assaillants semblaient provenir d'Asie centrale.

Le chef de la police de la province du Baloutchistan, Mohammad Amlish, a déclaré à l'AFP que quatre policiers et trois soldats avaient été blessés dans ces affrontements.

Aucun groupe n'a revendiqué cette attaque survenue au cours des célébrations entourant le 67e anniversaire de l'indépendance du Pakistan, pays musulman de 180 millions d'habitants.

La province du Baloutchistan, la moins développée du pays malgré ses importants gisements d'hydrocarbure, est le théâtre depuis des années d'un conflit opposant les rebelles sécessionnistes aux forces de sécurité.

Si les rebelles baloutches ont tendance à s'en prendre aux symboles du pouvoir, les attentats-suicide ne font pas partie de leur mode opératoire contrairement aux groupes islamistes liés aux talibans et à Al-Qaïda.

A la mi-juin, l'armée avait lancé une vaste opération contre un sanctuaire des talibans pakistanais et leurs alliés, notamment des combattants ouzbeks, dans la zone tribale du Waziristan du Nord, limitrophe, comme le Baloutchistan, de l'Afghanistan.

Cette opération avait été lancée à la suite de l'attaque le même mois de djihadistes contre l'aéroport de Karachi (sud), le plus grand du pays.

Le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle islamiste du pays, et le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (IMU), un autre allié d'Al-Qaïda dans la région, avaient revendiqué cet assaut ayant fait 37 morts.

Vous aimerez aussi

Une étudiante utilise un smartphone sur le campus d'Islamabad le 12 juillet 2018 [Aamir QURESHI / AFP]
Politique Elections au Pakistan : la jeunesse ne s'en laisse plus conter
Des soldats portent, le 14 juillet 2018 à Quetta, le cercueil de Siraj Raisani, un homme politique local tué dans un attentat suicide de Mastung, au Baloutchistan qui a fait quelque 130 morts   [BANARAS KHAN / AFP]
Terrorisme Attentat au Pakistan : deuil national et nouveau bilan de 130 morts
Des forces de l'ordre à Mastung au Pakistan, le 13 juillet 2018, après un attentat sanglant lors d'un meeting électoral [BANARAS KHAN / AFP]
Moyen-orient Le Pakistan en deuil après un attentat meurtrier lors d'un meeting électoral

Ailleurs sur le web

Derniers articles