Les Kurdes ont repris le plus grand barrage d'Irak aux jihadistes

Les Peshmergas irakiens avancent en direction du barrage de Mossoul repris aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) le 17 août 2014, dans le nord de l'Irak [Ahmad Al-Rubaye / AFP] Les Peshmergas irakiens avancent en direction du barrage de Mossoul repris aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) le 17 août 2014, dans le nord de l'Irak [Ahmad Al-Rubaye / AFP]

Les forces kurdes, appuyées par l'aviation américaine, ont repris dimanche le plus grand barrage d'Irak, au nord de Mossoul, aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui s'en étaient emparés dix jours plus tôt, ont annoncé des responsables.

 

"Le barrage de Mossoul a été complètement libéré", a déclaré Ali Awni, un responsable du principal parti kurde irakien, ajoutant que les combats se déroulaient désormais à Tal Kayf, une localité aux mains des jihadistes à une centaine de km à l'est du barrage.

Un officier des peshmergas et un autre responsable de parti politique ont confirmé que les forces kurdes avaient repris le contrôle de ce barrage qui fournit de l'eau et de l'électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l'irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive (nord).

Le 8 août, les jihadistes de l'Etat islamique (EI) s'étaient emparés du barrage à la faveur de l'offensive fulgurante qu'ils ont lancée début juin.

Les insurgés ont pris le contrôle de pans entiers du territoire dans l'est, l'ouest et le nord de l'Irak avant d'étendre début août leur offensive en direction de la région autonome du Kurdistan.

Les forces kurdes qui ont dans un premier temps peiné à enrayer leur avancée, ont reçu l'appui des forces américaines qui mènent depuis le 8 août des frappes aériennes contre des positions de l'EI.

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles