Les forces irakiennes lancent une offensive sur Tikrit

Photo d'archives de familles irakiennes originaires de Qadisiyah près de Tikrit, et réfugiées dans une école à Cardagli Erkek, à 25 kilomètres de Kirkuk, le 27 juin 2014 [Marwan Ibrahim / AFP/Archives] Photo d'archives de familles irakiennes originaires de Qadisiyah près de Tikrit, et réfugiées dans une école à Cardagli Erkek, à 25 kilomètres de Kirkuk, le 27 juin 2014 [Marwan Ibrahim / AFP/Archives]

Les forces irakiennes, aidées par des miliciens, ont lancé mardi une importante opération pour reprendre aux insurgés sunnites Tikrit, une ville au nord de Bagdad, ont indiqué de hauts responsables.

"L'armée irakienne et des volontaires (chiites), appuyés par des hélicoptères irakiens, participent" à l'opération destinée à reprendre Tikrit, l'ancien fief de Saddam Hussein, tombée le 11 juin entre les mains des insurgés sunnites, a indiqué un haut responsable militaire à l'AFP.

L'offensive a débuté tôt mardi matin à partir du sud et du sud-ouest de la ville, située à 160 km au nord de Bagdad, a-t-il précisé.

Elle intervient alors que les jihadistes sont attaqués sur d'autres fronts dans le nord du pays, par des combattants kurdes, aidés par des livraisons d'armes par des pays occidentaux et des frappes aériennes américaines.

Les jihadistes de l'Etat islamique (EI), déjà bien implantés en Syrie, ont lancé une offensive en Irak le 9 juin et ont conquis rapidement une grande partie des territoires sunnites du pays.

La majeure partie de Tikrit est contrôlée depuis début juin par des insurgés sunnites, dont d'anciens membres du parti Baas de Saddam Hussein, l'ancien président irakien exécuté en 2003.

Les forces irakiennes, qui s'étaient montrées impuissantes à freiner l'offensive jihadiste début juin, ont fait de Tikrit la principale cible de leur contre-attaque.

L'armée, aidée de miliciens chiites, avait déjà tenté à deux reprises, sans succès, de reprendre la ville.

 

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles