Gaza: une frappe israélienne décime une famille palestinienne

Un Palestinien fuit les frappes israéliens le 23 août 2014 à Gaza [Roberto Schmidt / AFP] Un Palestinien fuit les frappes israéliens le 23 août 2014 à Gaza [Roberto Schmidt / AFP]

Une frappe israélienne a tué cinq membres d'une même famille, dont deux enfants, samedi dans la bande de Gaza où rien ne laisse entrevoir pour le moment une sortie de conflit.

L'aviation israélienne a poursuivi ses raids au 47ème jour d'une guerre qui a tué près de 2.100 Palestiniens et 68 personnes côté israélien. Pour la première fois depuis le début des hostilités, un enfant a été tué en Israël vendredi par un obus tiré de la bande de Gaza.

"Le Hamas paiera cher cette attaque", a prévenu le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a promis une intensification des opérations.

L'armée israélienne a indiqué avoir frappé vingt objectifs samedi dans le territoire. L'une de ces frappes a atteint avant l'aube une maison d'Al-Zawayda, près du camp de réfugiés de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza.

Des familles palestiniennes lors de bombardement israéliennes le 23 août 2014 à Gaza [Roberto Schmidt / AFP]
Photo
ci-dessus
Des familles palestiniennes lors de bombardement israéliennes le 23 août 2014 à Gaza

Cinq membres d'une même famille, deux enfants de trois et quatre ans, leur mère et leur père de 26 et 28 ans ainsi qu'une parente de 45 ans ont été tués, selon les secours à l'hôpital Al-Aqsa de Deir al-Balah.

Au moins 480 enfants âgés de 10 jours à 17 ans ont été tués depuis le début le 8 juillet de l'opération israélienne "Bordure protectrice", a indiqué l'Unicef, agence onusienne d'aide aux enfants, 70,73% des victimes des combats seraient des civils, dit-elle.

- L'incertitude persiste -

Palestiniens et Israéliens ont recommencé à échanger tirs de roquettes et de mortiers d'un côté, frappes aériennes de l'autre mardi après un cessez-le-feu de neuf jours. Des négociations indirectes menées au Caire par l'entremise des Egyptiens pour transformer le cessez-le-feu en trêve durable se sont soldées par un échec.

Trois tirs de roquettes et de mortiers ont atteint le sud d'Israël près de la bande de Gaza samedi, selon l'armée israélienne.

Raids israéliens le 23 août 2014 sur Gaza [Roberto Schmidt / AFP]
Photo
ci-dessus
Raids israéliens le 23 août 2014 sur Gaza

L'incertitude reste totale sur l'évolution du conflit. Le gouvernement israélien refuse d'envisager une guerre d'usure. Les hostilités ne sont pas revenues à l'intensité de juillet, quand les morts se comptaient par dizaines chaque jour. Mais elles continuent à tuer et des roquettes continuent de tomber sur Israël.

Certains faucons israéliens plaident pour une nouvelle incursion terrestre pour en finir avec le Hamas qui contrôle le territoire. M. Netanyahu dit que "Bordure protectrice" se poursuivra tant qu'Israël ne sera pas en sécurité.

Israël vient de mener coup sur coup deux opérations ciblées d'élimination de dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza. Il a essayé de supprimer le chef de sa branche armée Mohammed Deif dans une frappe qui a tué sa femme et deux de ses enfants mardi.

Le sort de Mohammed Deif est indéterminé. Les Brigades Ezzedine al-Qassam qu'il dirige assurent qu'il est vivant. Israël a cependant porté un rude coup au Hamas en tuant trois commandants d'al-Qassam jeudi.

En représailles, le Hamas s'est livré vendredi à une série d'exécutions sommaires et publiques de Palestiniens accusés de collaborer avec Israël. Selon la télévision du Hamas, 18 "collaborateurs" ont été exécutés, dont six sous les yeux de centaines de fidèles sortant de la prière. Au moins deux femmes figuraient parmi ces "collaborateurs", selon des défenseurs palestiniens des droits de l'Homme.

- "Grossièrement inéquitables" -

Des centaines de personnes se rassemblent le 22 août 2014 dans le centre-ville de Gaza, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'un appel à assister à l'exécution de Palestiniens soupçonnés de collaborer avec Israël [Thomas Coex / AFP]
Photo
ci-dessus
Des centaines de personnes se rassemblent le 22 août 2014 dans le centre-ville de Gaza, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'un appel à assister à l'exécution de Palestiniens soupçonnés de collaborer avec Israël

Ces exécutions ont suscité l'indignation d'organisation de défense des droits de l'Homme comme Amnesty International et Human Rights Watch. "Cette vague d'exécutions conduite par le Hamas est d'autant plus choquante que les victimes ont été condamnées à mort au terme de procès qui, s'ils ont effectivement eu lieu, étaient sommaires et grossièrement inéquitables", a dit une responsable d'Amnesty, Anne Fitzgerald.

Les Palestiniens ont déclaré mortes les négociations du Caire. Les consultations politiques et diplomatiques continuent pourtant. Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas en exil Khaled Mechaal ont eu de nouveaux entretiens vendredi autour de cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, émir du Qatar, soutien du Hamas.

Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont présenté les principaux éléments pour une nouvelle résolution du Conseil de sécurité destinée à mettre un terme à la guerre.

M. Abbas devait rencontrer samedi au Caire le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Vous aimerez aussi

Photo prise le 17 juillet 2018 à Kerem Shalom, le seul point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza sous blocus [SAID KHATIB / AFP]
Conflit Israël renforce le blocus sur Gaza sur fond de vives tensions
Un nuage de fumée après une frappe aérienne israélienne sur Gaza, le 14 juillet 2018 [MAHMUD HAMS / AFP]
Proche-Orient Gaza : un raid aérien israélien contre des cibles du Hamas
De la fumée au-dessus de Beit Lahia après des frappes aériennes israéliennes, le 3 juin 2018 à Gaza [Mahmud Hams / AFP/Archives]
Conflit Nouveaux raids israéliens sur Gaza et tirs palestiniens sur Israël

Ailleurs sur le web

Derniers articles