Dans leur temple le plus révéré d'Irak, des Yazidis prient pour la fin des violences

Un religieux de la minorité yazidi se tient à l'entré du temple de Lalish, en Irak, le 15 août 2014 [Ahmad al-Rubaye / AFP] Un religieux de la minorité yazidi se tient à l'entré du temple de Lalish, en Irak, le 15 août 2014 [Ahmad al-Rubaye / AFP]

Dans le temple de Lalish, centre spirituel de la minorité irakienne yazidie, Ezdan Omar jette un bout de tissu rouge sur un autel, dans l'accomplissement d'un rite visant à exaucer son vœu de retourner dans la ville d'où l'ont chassé les jihadistes.

L'étoffe doit retomber sur la plus haute pierre de l'édifice pour que la prière de ce jeune garçon soit entendue, selon les croyances des Yazidis, une communauté kurdophone non-musulmane violemment prise pour cible par le groupe sunnite ultra-radical Etat islamique (EI) dans son offensive sur le nord de l'Irak.

Alors que de nombreux adolescents prieraient pour voir exaucés d'intimes rêves amoureux, Ezdan n'a en tête que les exactions dont ont été victimes ces coreligionnaires, chassés de chez eux, enlevés par les jihadistes ou assiégés sur une montagne sans eau, ni nourriture.

"Je suis venu prier pour que l’oppression cesse, que les Yazidis puissent retourner chez eux à Sinjar", le bastion de la communauté dans le nord irakien, explique ce garçon de 14 ans aux cheveux bouclés.

Des petits garçons irakiens de la minorité yazidie prient dans le temple de Lalish, le 15 août 2014 [Ahmad al-Rubaye / AFP]
Photo
ci-dessus
Des petits garçons irakiens de la minorité yazidie prient dans le temple de Lalish, le 15 août 2014

En compagnie de trois amis, Omar accomplit le pèlerinage que chaque croyant doit faire au moins une fois dans sa vie dans ce temple abritant la tombe du plus important saint yazidi, cheikh Adi, à 60 km au nord de Mossoul, la deuxième ville irakienne, désormais contrôlée par l'EI.

Les quatre enfants évoluent dans la pénombre, respectant les nombreuses règles imposées par la sacralité du lieu: s'incliner devant la tombe d'un autre saint, cheikho Badr, en embrassant les tissus colorés qui recouvrent la sépulture ou encore ne pas poser le pied sur le seuil des portes.

Ils descendent les marches d'un escalier interdit aux non-yazidis pour aller boire l'eau d'une source sacrée, tandis que résonnent dans le hall principal des prières désespérées.

"Oh cheikh Adi, je t'en prie libère-nous, libère le peuple de Sinjar", implore une vieille femme, les cheveux recouverts d'un ample voile blanc.

Depuis le 3 août, quelque 200.000 Yazidis ont été chassés de chez eux, la plupart de la région de Sinjar qui abrite plusieurs lieux saints.

"Si Dieu le veut, nous retournerons chez nous un jour, nous retournerons vers nos temples", espère Fadhel Khalaf, un jeune prêtre égrenant un collier de prière.

"Nous avons été chassés de Sinjar, mais même si (les jihadistes) viennent jusqu'ici, je préfère mourir dans ce temple que quitter l'Irak", assure l'homme barbu assis sur un tapis de laine.

- 'Le Yazidisme survivra' -

Senar Firas, une fille de 20 ans, qui s'est portée volontaire pour participer aux travaux quotidiens du temple, martèle elle aussi que les Yazidis "retournerons chez eux un jour, c'est certain".

Dans le village voisin de Chaikhan, le fondateur du centre culturel yazidi, Eido Baba Cheikh, déplore l'incompréhension qui entoure sa foi.

Une petite fille de la minorité yazidie embrasse la pierre du temple de Lalish, en Irak, le 15 août 2014 [Ahmad al-Rubaye / AFP]
Photo
ci-dessus
Une petite fille de la minorité yazidie embrasse la pierre du temple de Lalish, en Irak, le 15 août 2014

Cette minorité kurdophone est connue pour adorer une divinité associée par les musulmans au diable et parfois représentée par un paon majestueux.

Les Yazidis prononcent leurs prières en langue kurde et n'ont pas de livre sacré.

Le Yazidisme, selon Eido Baba Cheikh, est une religion monothéiste, même si le culte des anges y tient une place importante.

"Nous croyons que toute chose, qu'elle soit bonne ou mauvaise, vient de Dieu, alors nous ne pensons pas que le chef des anges puisse être mauvais", explique-t-il à l'AFP.

"Le Yazidisme existe depuis la nuit des temps. Il existait avant l'islam", poursuit-il précisant que la foi et les rituels ont été ravivés par le cheikh Adi au XIIe siècle.

"On ne sait pas exactement d'où il était originaire, mais certains disent qu'il était d'un village près de Baalbek, dans l'est du Liban", ajoute ce quinquagénaire vêtu d'un costume-cravate foncé.

"Les Yazidis portent leur foi dans leur cœur, où que nous soyons même si nous devons quitter l'Irak, le Yazidisme survivra", assure-t-il, énumérant les persécutions dont a été victime sa communauté.

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles