Yémen: "échec" des négociations avec la rébellion chiite

Des dizaines de milliers de partisans d'Ansarullah, la rébellion chiite yéménite, manifestent le 22 août 2014 dans la capitale Sanaa [Mohammed Huwais / AFP] Des dizaines de milliers de partisans d'Ansarullah, la rébellion chiite yéménite, manifestent le 22 août 2014 dans la capitale Sanaa [Mohammed Huwais / AFP]

Les négociations engagées avec la rébellion chiite hostile au gouvernement ont échoué au Yémen, a déclaré dimanche le porte-parole des émissaires du président qui avaient présenté un projet d'accord sur la formation d'un cabinet de technocrates.

Les rebelles d'Ansarullah (également appelés houthis) ont "rejeté toutes les propositions que nous leur avons présentées (...) il semble qu'ils ont des intentions guerrières", a déclaré Abdel Malek al-Mikhlafi, le porte-parole des émissaires du président yéménite.

Pour tenter d'éviter une nouvelle vague de violences dans le pays engagé dans une difficile transition politique, le président Abd Rabbo Mansour Hadi avait invité les rebelles au dialogue en dépêchant jeudi des émissaires auprès de leur chef, Abdel Malek al-Houthi, dans son fief de Saada, dans le nord du pays.

Depuis une semaine, les rebelles houthis ont multiplié les sit-ins et manifestations massives réclamant l'annulation d'une récente augmentation des prix du carburant et la chute du gouvernement d'unité nationale formé en décembre 2011, en vertu de l'accord de transition qui avait permis le départ de l'ancien président contesté Ali Abdallah Saleh.

La tension est montée d'un cran samedi avec l'arrivée de plusieurs milliers de manifestants chiites ayant rejoint un campement établi sur une route menant à l'aéroport dans le nord de Sanaa, quartier où se trouve notamment les ministères de l'Intérieur, de la Communication et de l’Électricité.

Les forces de sécurité ont renforcé leur dispositif de sécurité dans ce secteur, positionnant véhicules blinqués et barrages aux alentours du campement rebelle.

Le groupe Ansarullah, qui contrôle la région de Saada, est soupçonné de vouloir élargir sa zone d'influence dans le futur Etat fédéral qui doit compter six provinces.

Les rebelles houthis --issus du zaïdisme, une branche du chiisme majoritaire dans le nord du Yémen, alors qu'à l'échelle nationale, les sunnites sont prédominants-- étaient arrivés en juillet aux portes de Sanaa en prenant la ville d'Amrane, dont ils ont ensuite accepté de se retirer.

Outre la rébellion chiite, le Yémen --pays le plus pauvre de la péninsule arabique-- fait face à l'agitation de séparatistes dans le Sud et à des violences endémiques provoquées par Al-Qaïda.

Vous aimerez aussi

Un Yéménite fait le "V" de la victoire  en passant près de pneus incendiés lors de manifestations contre l'inflation et le coût de la vie, à Aden, dans le sud du Yémen, le 8 septembre 2018 [Saleh Al-OBEIDI / AFP]
Conflit L'échec des pourparlers de Genève fait craindre une escalade au Yémen
La photographe française Véronique de Viguerie, couronnée pour sa couverture de la guerre au Yémen du prix le plus prestigieux du festival international de photojournalisme, Visa pour l'image, le 6 septembre 2018 à Perpignan [RAYMOND ROIG / AFP]
Presse Photojournalisme : Visa d'or News pour Véronique de Viguerie, première femme en 20 ans
Conflit Les discussions de paix sur le Yémen échouent

Ailleurs sur le web

Derniers articles