Les parents du jounaliste américain James Foley rendent hommage à leur fils

Diane et John Foley, les parents du journaliste américain sauvagement executé, à l'église Our Lady of the Rosary, à Rochester, le 24 août 2014 [Dominick Reuter / AFP] Diane et John Foley, les parents du journaliste américain sauvagement executé, à l'église Our Lady of the Rosary, à Rochester, le 24 août 2014 [Dominick Reuter / AFP]

Les parents du journaliste américain James Foley, sauvagement exécuté, ont confié dimanche prier pour les otages en Syrie, lors de la messe des obsèques dans sa ville de Rochester, dans le New Hampshire (nord-est).

Peu avant la messe en l'église Our Lady of the Rosary, à Rochester, John et Diane Foley ont confié à l'AFP combien ils espéraient que leur fils, tué à 40 ans, devienne un exemple pour ceux qui défendent la liberté de la presse et la paix dans le monde.

Ils ont également appelé de leurs voeux la libération d'autres journalistes enlevés, notamment Steven Sotloff, un Américain de 31 ans, détenu avec leur fils et menacé de mort sur la vidéo où l'on voit l'exécution de James Foley par un combattant masqué de l'Etat islamique (EI).

Au moment même où se déroulait la messe, sous les auspices de l'évèque de Manchester Peter Libasci, un autre Américain en captivité en Syrie, Peter Theo Curtis, 45 ans, a été libéré, a annoncé le secrétaire d'Etat John Kerry.

- 'Amour et espoir' -

"James défendait l'amour et l'espoir", a confié Diane Foley. "Il était parti en Syrie pour être témoin de la souffrance afin que le monde sache et fasse quelque chose pour alléger leur peine".

Un paroissien devant des photos du journaliste américain sauvagement executé, James Foley, lors d'une messe à l'église Our Lady of the Rosary, à Rochester, le 24 août 2014 [Dominick Reuter / AFP]
Photo
ci-dessus
Un paroissien devant des photos du journaliste américain sauvagement executé, James Foley, lors d'une messe à l'église Our Lady of the Rosary, à Rochester, le 24 août 2014

Le couple a expliqué vouloir fonder une organisation caritative pour protéger les journalistes indépendants en zone de guerre, et a précisé que l'université Marquette, dont leur fils était diplômé, était en train d'ouvrir une bourse à son nom.

Pour eux, la vie de James doit servir d'exemple pour faire davantage attention à "son prochain", a encore expliqué son père John Foley.

Ils ont ainsi raconté comment leur fils, en plus de travailler pour l'Agence France-Presse et le site d'informations GlobalPost, avait réuni des fonds pour financer une ambulance pour des civils syriens et pour la famille d'Anton Hammerl, un collègue sud-africain tué en Libye.

James Foley avait été enlevé en 2012 dans le nord de la Syrie par des hommes armés. Lundi, une vidéo diffusée sur internet puis censurée, montrait un homme masqué et habillé de noir qui tranche la gorge de James Foley.

L'EI, un groupe de jihadistes extrémistes qui veut instaurer un califat en Irak et en Syrie, avait ensuite affirmé avoir décapité le journaliste et menacé de tuer Steven Sotloff en représailles aux frappes aériennes américaines en Irak.

Les frappes n'ont pas cessé depuis et les services de renseignement étaient "sur le point" d'identifier le jihadiste qui a tué James Foley et qui, sur la vidéo, s'exprimait en anglais avec un accent londonien, a indiqué l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Washington, Peter Westmacott.

- 'Au moins jusqu'à Noël' -

"Il y a tant de gens qui souffrent au Moyen-Orient en ce moment, et il y a de nombreux otages en captivité, alors cette messe est pour tous ceux qui espèrent la paix et est aussi à la mémoire de Jim", a ajouté Diane Foley.

"Nous prions pour les otages restants et en particulier pour Steven Sotloff. Nous gardons espoir que quelque chose sera fait pour lui épargner pareille fin", a renchéri John Foley.

Le couple a reçu une ovation debout de plusieurs centaines de personnes présentes à la cérémonie, visiblement émus par la dignité des époux Foley face à leur calvaire. Un message du pape François a aussi été lu pendant la cérémonie.

Aussi bien Mgr Libasci que les parents de James Foley ont souligné combien sa foi catholique l'avait accompagné tout au long et comment, selon d'anciens otages qui avaient pu le cotoyer pendant sa captivité, il s'était appuyé dessus pour rester fort et soutenir les autres.

"Il a vécu ce en quoi il croyait" et il a pu "vivre sa foi tout en priant", a affirmé Mgr Libasci à l'AFP.

Dimanche, étaient également présents à la messe, à l'invitation de la famille, des américano-syriens membres de la communauté musulmane du New Hampshire.

Dans un moment d'émotion, Diane Foley a confié que la famille avait été troublée lorsque James, qui avait déjà été retenu en otage pendant plusieurs semaines en Libye, avait décidé de retourner dans ce pays puis d'aller en Syrie.

Elle s'est souvenue qu'un jour de la fin 2012, avant son dernier départ, elle l'avait supplié de rester "au moins jusqu'à Noël".

"Il a répondu: +Ah, maman, je serai de retour pour Noël mais je dois y aller+. Il sentait qu'il avait un travail à faire".

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles