Ukraine : la Russie va envoyer un nouveau convoi

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 19 août 2014 à Moscou [Alexander Nemenov / AFP/Archives] Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 19 août 2014 à Moscou [Alexander Nemenov / AFP/Archives]

Moscou va envoyer un deuxième convoi humanitaire et en a informé Kiev, a indiqué lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, quelques jours après l'entrée sur le territoire ukrainien d'un premier convoi controversé.

 

"Nous avons envoyé hier une note officielle au ministère ukrainien des Affaires étrangères indiquant notre intention d'envoyer un nouveau convoi humanitaire", a annoncé le ministre lors d'une conférence de presse.

."Nous sommes certains que cela se fera dès cette semaine", a continué M. Lavrov, précisant que la "liste détaillée" de la cargaison des camions du convoi avait été fournie à Kiev, avec la note.

"Nous espérons que les malentendus qui ont eu lieu lors du passage du premier convoi seront pris en compte et qu'il n'y aura plus de retards artificiels", a indiqué le ministre. "

Nous aimerions négocier les conditions pour l'envoi du convoi sur la même route, avec la même participation des gardes-frontières et des douaniers ukrainiens aussi vite que possible", a-t-il déclaré, ajoutant que la Russie était prête à une "coopération étroite avec la Croix-Rouge".

La Russie avait fait entrer vendredi en Ukraine un premier convoi, transportant selon Moscou environ 1.800 tonnes d'aide, sans autorisation ukrainienne ou vérification par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Environ 220 camions avaient dans la soirée déchargé leurs cargaisons à Lougansk, bastion prorusse dans l'est de l'Ukraine, avant de revenir en Russie.

 

Vous aimerez aussi

Un manifestant nicaraguyaen s'oppose aux policiers anti-émeutes, à Managua le 15 septembre 2018 [INTI OCON / AFP]
Crise Nicaragua : deux blessés par balle lors d'une manifestation anti-Ortega
Bombardements à Idleb : l'ONU craint un bain de sang
Syrie Bombardements à Idleb : l'ONU craint un bain de sang
Crise La France salue «un signal très fort» du Parlement européen sur la Hongrie

Ailleurs sur le web

Derniers articles