Libye: les islamistes prennent leurs distances avec les jihadistes

Des combattants islamistes de la coalition Fajr Libya montent la garde à l'entrée de l'aéroport de Tripoli le 24 août 2014 [Mahmud Turkia / AFP/Archives] Des combattants islamistes de la coalition Fajr Libya montent la garde à l'entrée de l'aéroport de Tripoli le 24 août 2014 [Mahmud Turkia / AFP/Archives]

Les miliciens islamistes libyens ont pris leurs distances avec les jihadistes d'Ansar Asharia qui souhaitent appliquer la loi islamique dans le pays, affirmant soutenir la transition démocratique tout en contestant la légitimité du Parlement issu des élections de juin.

Les islamistes du groupe Fajr Libya (Aube de la Libye) qui ont pris, selon toute vraisemblance, samedi l'aéroport de la capitale libyenne aux miliciens nationalistes de Zenten (ouest de Tripoli) ont affirmé dans un communiqué, publié par l'agence libyenne Lana, "respecter la Constitution et l'alternance pacifique du pouvoir".

Cette coalition de miliciens islamistes est cependant derrière la convocation de l'Assemblée sortante, le Conseil général national (CGN) qui a confié lundi à un pro-islamiste la mission de former un gouvernement concurrent à celui qui siège avec le Parlement élu, à Tobrouk, dans l'extrême est du pays.

Dans son communiqué, Fajr Libya justifie son dénigrement du Parlement élu le 25 juin, l'accusant d'avoir violé "la légitimité constitutionnelle" en appelant à une intervention étrangère en Libye.

La coalition Fajr Libya s'est par ailleurs démarquée du groupe jihadiste Ansar Asharia qui a appelé les milices islamistes du pays à rejoindre ses rangs.

"Proclamez que votre combat a pour objectif (l'application de la charia) et non celui de la légitimité démocratique", a enjoint Ansar Asharia, bien implanté à Benghazi, deuxième ville de Libye à 1.000 km à l'est de Tripoli, dont il contrôle 80%.

"Fajr Libya annonce son rejet du terrorisme et de l'extrémisme et assure qu'elle n'appartient à aucune organisation terroriste", a souligné le groupe après cet appel.

Il a affirmé "tendre la main à tous ceux qui veulent reconstruire la Libye dans le respect de la démocratie et de la légalité constitutionnelle", proposant par ailleurs d'aider les forces de sécurité à rétablir la sécurité dans la capitale libyenne et à "assurer la sécurité des ressortissants étrangers" à Tripoli.

Les groupes Ansar Asharia et Fajr Libya ont tous deux été qualifiés de "terroristes" par le Parlement qui a annoncé son intention de renforcer l'armée pour les éradiquer.

Vous aimerez aussi

Photo de membres de milices libyennes impliquées dans les récents combats survenus en banlieue sud de la capitale Tripoli, le 25 septembre 2018 [MAHMUD TURKIA / AFP]
Conflit Libye : le gouvernement d'union annonce un nouveau cessez-le-feu à Tripoli
Réfugiés Italie : Salvini menace de nouveau de renvoyer des migrants en Libye
Immigration Un navire italien reconduit des migrants en Libye : polémique en Italie

Ailleurs sur le web

Derniers articles