Le Hamas trace ses lignes rouges pour une paix durable avec Israël

Le chef du Hamas Khaled Mechaal lors d'une conférence de presse à Doha le 28 aout 2014 [Karim Jaafar / Al Watan Doha/AFP] Le chef du Hamas Khaled Mechaal lors d'une conférence de presse à Doha le 28 aout 2014 [Karim Jaafar / Al Watan Doha/AFP]

Israéliens et Palestiniens vont à présent au-devant de discussions très aléatoires s'ils veulent que le cessez-le-feu tienne à Gaza, après les déclarations du chef du Hamas Khaled Mechaal excluant tout désarmement du mouvement.

"Les armes de la résistance sont sacrées. Et nous n'accepterons pas qu'elles soient à l'ordre du jour", a déclaré M. Mechaal en allusion aux négociations prévues par l'accord de cessez-le-feu instauré mardi et censées rechercher un compromis durable entre des belligérants aux exigences diamétralement opposées.

La démilitarisation de la bande de Gaza est un impératif pour Israël. Elle est "la seule voie vers la paix", dit le site du ministère des Affaires étrangères citant le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman.

Le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman le 23 juillet 2014 à Jerusalem [Thomas Coex / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman le 23 juillet 2014 à Jerusalem

Cette question a fait partie des sujets de discorde qui ont compliqué les efforts menés pendant plusieurs semaines sous les auspices égyptiens pour faire cesser les hostilités entre l'armée israélienne et le Hamas qui contrôle l'enclave palestinienne.

Après plusieurs trêves unilatérales ou bilatérales avortées, les deux camps ont fini par s'entendre sur un cessez-le-feu illimité mettant un terme à cinquante jours de guerre qui ont fait plus de 2.140 morts côté palestinien et 71 côté israélien.

Un soldat israélien, blessé par un tir de roquette de Gaza le 22 août, a succombé vendredi selon l'armée, portant à 65 le nombre de militaires tués durant le conflit (8 juillet-26 août), le plus lourd bilan pour l'armée depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006.

- 'Personne ne peut désarmer le Hamas' -

L'accord de cessez-le-feu n'a pas été rendu public. De nouveaux pourparlers doivent avoir lieu dans un délai d'un mois, avec l'objectif de parvenir à un accord pour que les armes ne parlent pas à nouveau dans quelques mois dans un territoire qui a connu trois guerres en six ans.

Ils doivent porter sur les sujets les plus épineux, comme la démilitarisation de Gaza, la réouverture de l'aéroport du territoire ou la libération de dizaines de prisonniers politiques requises par les Palestiniens.

M. Mechaal, le chef du Hamas qui vit en exil au Qatar, a tracé ses lignes rouges. Le droit aux armes "ne peut faire l'objet de marchandages ou de négociations. Personne ne peut désarmer le Hamas et sa résistance", a-t-il dit jeudi soir lors d'une conférence de presse.

"Il est devenu parfaitement clair que ni les Israéliens ni les Palestiniens ne connaîtront la paix et la sécurité si le Hamas n'est pas désarmé", a répondu le ministère israélien des Affaires étrangères, citant M. Lieberman, un faucon du gouvernement de Benjamin Netanyahu.

- Poursuite des aides -

Jeudi, le président français François Hollande a réclamé "une levée du blocus progressive et une démilitarisation" de Gaza, en appelant à "assurer une supervision internationale de la destruction des tunnels" d'attaque du Hamas; à "sécuriser la réouverture des points de passage entre Gaza d’une part, Israël et l’Egypte de l’autre; et (à) donner à l’Autorité palestinienne les moyens de répondre à la crise humanitaire et d'entreprendre" la reconstruction de Gaza.

Quant aux perspectives plus globales de règlement du conflit israélo-palestinien, M. Hollande a fait le constat que "les formules finissent par s’épuiser", et a prôné une initiative de la communauté internationale.

Au troisième jour du cessez-le-feu, les habitants de Gaza profitaient de la relative normalité dans le territoire dont des quartiers entiers ont été réduits en ruines par les bombes à Chajaya, Beit Hanoun ou Rafah.

Des dizaines d'enfants de la ville de Gaza sont allés à la plage jouer dans les vagues sans plus craindre les frappes israéliennes. Non loin de là, les pêcheurs ont pris la mer avec l'intention de profiter de l'extension de leur zone de pêche, l'une des rares concessions faites par Israël en échange de l'arrêt des tirs de roquettes ou d'obus de mortier.

Les aides internationales continuaient dans le même temps à affluer via les points de passage dans le territoire après la promesse d'Israël d'alléger le blocus.

Vous aimerez aussi

La Force de l'ONU au Liban (Finul) patrouille près de la frontière avec Israël, à Kfar Kila (Liban), le 4 décembre 2018 [Mahmoud ZAYYAT / AFP]
Moyen-orient Opération israélienne à la frontière libanaise contre des tunnels du Hezbollah
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et sa femme Sara à Jérusalem le 27 novembre 2018  [GALI TIBBON / AFP/Archives]
Israël La police israélienne recommande l'inculpation de Netanyahu pour corruption
Israël Visé par la police pour corruption, Netanyahu réfute

Ailleurs sur le web

Derniers articles