Allemagne: percée attendue des anti-euro en Saxe, scrutin-test pour Merkel

Un fascicule détaillant le programme du parti anti-euro allemand Alternative für Deutschland [Odd Andersen / AFP] Un fascicule détaillant le programme du parti anti-euro allemand Alternative für Deutschland [Odd Andersen / AFP]

Le parti anti-euro Alternative für Deutschland (AfD) s'apprête à entrer pour la première fois dans un parlement régional allemand dimanche en Saxe (est), vraisemblablement au détriment des conservateurs de la chancelière Angela Merkel.

Le scrutin dans ce Land d'ex-RDA est le premier vote régional depuis le triomphe de Mme Merkel aux législatives il y a un an, à l'issue desquelles elle fut réélue pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de la première économie européenne.

Crédité d'environ 40% des suffrages dans les sondages, son parti, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), devrait continuer à diriger la Saxe comme il le fait depuis la réunification allemande en 1990.

Mais il devrait avoir besoin d'un nouveau partenaire de coalition : son ancien allié libéral (FDP), en voie de disparition dans le pays, n'est crédité que de 3% des intentions de vote, soit moins du seuil des 5% nécessaires pour rester au parlement régional.

Comme au niveau fédéral, les conservateurs seraient par conséquent amenés à s'allier aux sociaux-démocrates (SPD), avec qui ils ont déjà gouverné la Saxe entre 2004 et 2009.

Le SPD est crédité d'environ 15% des intentions de vote dans cet ancien bassin industriel, voisin de la Pologne et de la République tchèque, qui abrite des usines des constructeurs automobiles Volkswagen ou BMW.

Fort de sa percée aux européennes du 25 mai, où il a obtenu sept députés au parlement européen, l'AfD (Alternative pour l'Allemagne), qui a fait de la fin de l'euro sa principale ligne politique, pourrait obtenir 7% des voix en Saxe.

Dans ce Land, il avait obtenu son meilleur score aux législatives fédérales de l'automne 2013, manquant de peu (avec 4,7% des suffrages) le seuil des 5% nécessaires pour envoyer des représentants au Bundestag, la chambre basse du parlement.

Ce parti a été fondé au printemps 2013 par Bernd Lucke, professeur d'économie âgé de 52 ans, qui a régulièrement attaqué, sans succès, les plans de sauvetage de l'euro devant la Cour constitutionnelle allemande.

La tête de liste du parti anti-euro allemand Alternative für Deutschland en Saxe, Frauke Petry, en campagne à Dresde le 25 août 2014 [Odd Andersen / AFP]
Photo
ci-dessus
La tête de liste du parti anti-euro allemand Alternative für Deutschland en Saxe, Frauke Petry, en campagne à Dresde le 25 août 2014

La tête de liste de l'AfD en Saxe, Frauke Petry, une chimiste de formation de 39 ans, mère de quatre enfants, a tenté d'étoffer le discours de son parti, incitant notamment les couples à avoir plus d'enfants, alors que la population allemande vieillit à un rythme accéléré.

L'AfD milite également pour le développement des référendums d'initiative populaire, par exemple, sur la construction de mosquées et de minarets en Saxe.

Des thèmes qui ont modifié la perception de l'AfD : une majorité d'Allemands y voient un parti nationaliste et populiste.

"Nous sommes le parti qui aborde beaucoup de sujets tabous que les autres partis, par peur de choquer, ne veulent plus traiter", a affirmé la candidate, dans un entretien récent à l'AFP.

Le parlement de Saxe est l'une des deux assemblées régionales allemandes où siège le parti d'extrême droite NPD. Mais la concurrence de l'AfD pourrait l'empêcher de s'y maintenir, selon des sondages.

Alors que l'Allemagne s'apprête à célébrer le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin le 9 novembre, le scrutin de Saxe est le premier de trois élections régionales dans des Länder de l'ex-RDA, avant celles du Brandebourg et de Thuringe le 14 septembre.

Ce dernier Land pourrait être pris par la gauche radicale de Die Linke aux conservateurs de Mme Merkel.

Vous aimerez aussi

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev sourit en tenant un bulletin dans un bureau de vote à Moscou, le 9 septembre 2018 [Dmitry Astakhov / Sputnik/AFP]
Russie Moscou : Sergueï Sobianine réélu maire, arrestations massives
 Jimmie Åkesson, des Démocrates de Suède (anti-immigration), s'exprime devant ses partisans à Stockholm le 9 septembre après les élections législatives. [Anders WIKLUND / TT News Agency/AFP]
Politique Sous pression des nationalistes, la Suède se cherche un gouvernement
Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, à Bruxelles le 28 juin 2018 [JOHN THYS          / AFP/Archives]
Élections En pré-campagne pour les européennes, Emmanuel Macron reçoit Angela Merkel

Ailleurs sur le web

Derniers articles