Elle annonce son cancer et se fait virer

Image d'illustration.[[AFP]]

Alors qu'elle venait d'annoncer à son patron qu’elle était atteinte d’un cancer, une Américaine s'est vu signifier son renvoi par courrier quelques jours après.

 

Elle s’appelle Carol Jumper et cela faisait douze ans qu’elle travaillait au sein d’un cabinet de chirurgie dentaire. En août dernier, cette femme d'une cinquantaine d'années habitant à Hopewell Township, en Pennsylvanie (Etats-Unis) apprend qu’elle souffre d'un cancer du pancréas. Elle prend alors soin d'informer son patron.

Mais une semaine seulement après lui avoir fait part de sa maladie, l’employée reçoit chez elle une lettre lui expliquant qu’elle était licenciée et ce, sans aucune compensation financière.

 

Une lettre qui offusque ses proches

La froideur de la lettre laisse Carol Jumper et ses proches dans un état de choc. "Vous ne serez donc plus capable de travailler, au niveau attendu, dans mon cabinet, alors que vous vous battez pour votre vie. De ce fait, je vous licencie, sans paie au delà du 11 août 2014" y indique en effet son patron.

Une amie de Carol Jumper a publié cette lettre sur Facebook, devenue virale en quelques heures. Un mouvement a rapidement pris forme pour venir en aide à Carol.

 

L'opération virale de soutien à Carol Jumper a pris de l'ampleur

"Bumper Buddies", un groupe de soutien, a créé une page Facebook et vend des t-shirts afin d'aider Carol. La page rassemble déjà 1000 abonnés. D’autres évènements comme une partie de golf ou un diner à l'italienne sont programmés. 

De quoi remonter le moral de la malade et l'aider dans son combat.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles