Quand un père veut renier l'un de ses jumeaux

Photo d'illustration.[AFP]

La justice suédoise a confirmé qu'en acceptant de recourir à la procréation médicalement assistée, un père ne pouvait renier l'un de ses jumeaux.

 

L'histoire a été rapportée par le site 7sur7. En 2011 et 2012, un couple suédois se rend en Lettonie pour effectuer une fécondation in-vitro avec dons de sperme et d'ovocyte, la procédure étant interdite dans leur propre pays.

 

Deux tentatives infructueuses

Après deux tentatives infructueuses, l'épouse tombe finalement enceinte de jumeaux, une fille et un garçon, qui ont vu le jour en décembre 2012.

Or, le père refuse après la naissance de prendre en charge l'un de ses jumeaux, en rappelant avoir refusé que plusieurs embryons soient implantés durant la fécondation in-vitro pour, justement, minimiser le risque de grossesse gémellaire. Dans ce cas, il avait précisé ne pas être en mesure de supporter la charge de travail supplémentaire.

 

"Chaque enfant qui naît a le droit à deux parents"

La justice suédoise, dans une décision rendue mercredi, a estimé qu'en acceptant la procédure, le père avait également "accepté la paternité d'un ou de plusieurs enfants puisque les naissances de jumeaux ne peuvent naturellement pas être exclues."

En outre, la loi "ne donne pas la possibilité de conditionner d'une manière ou d'une autre une fécondation", a souligné le tribunal avant d'ajouter que "chaque enfant qui naît a le droit à deux parents." Les époux sont désormais séparés. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles