A Berlin, Merkel à moitié convaincue par Valls

Angela Merkel.[Thierry Charlier / AFP]

Le Premier ministre français a réussi à se faire entendre sur les réformes menées par l'Hexagone. Mais n'a pu infléchir la politique de la chancelière allemande.

 

Mission à moitié remplie pour Manuel Valls. Reçu lundi par Angela Merkel à Berlin, le Premier ministre a semblé réussir à convaincre la chancelière allemande que le gouvernement français enclenchait bel et bien des réformes.

Angela Merkel a en effet salué des mesures "impressionnantes (...) qui au final vont décider de la compétitivité" des entreprises hexagonales. Un signe positif, alors que la France traîne toujours une image de pays imperméable à toute évolution outre-rhin.

 

 

Pas d'infléchissement de la politique allemande

En revanche, la chancelière s’est montrée beaucoup moins réceptive aux requêtes de Paris, qui espère la faire changer de politique économique. En affirmant qu’il existait "beaucoup de possibilités de créer de la croissance sans argent supplémentaire", Angela Merkel a clairement fait comprendre à Manuel Valls qu’il ne fallait pas attendre plus d’investissements publics de la part de Berlin.

Après la visite d’une usine Airbus lundi après-midi, et la rencontre du leader social-démocrate Sigmar Gabriel, le Premier ministre français tentera mardi matin de faire passer ses idées auprès des patrons de l’industrie allemande, qui tiennent leur conférence annuelle.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles