Intrusion Maison Blanche : "Cela ne se reproduira plus jamais"

Le système de sécurité de "la Maison Blanche est censé être l'un des plus sûr du monde", a déclaré Darrell Issa, le président de la commission de Supervision et de Réforme du gouvernement à la Chambre des Représentants. [CC / Matt H. Wade/Wikipedia]

Julia Pierson, la directrice critiquée du Secret Service, chargé de la sécurité du président américain, a jugé mardi "inacceptable" l'intrusion d'un homme dans la Maison Blanche le 19 septembre, et promis que ce type d'incident ne se reproduirait plus

 

"J'assume toute ma responsabilité", a-t-elle affirmé dans une déclaration écrite avant une audition à la Chambre des représentants. "Ce qui s'est passé est inacceptable, et cela ne se reproduira plus jamais".

"Le Secret Service a connu de nombreux défis ces dernières années, certains depuis que j'en ai pris les rênes, d'autres avant", a reconnu Julia Pierson. "J'ai l'intention de redoubler d'efforts dans les prochains mois" pour réformer le service, a-t-elle indiqué.

Un ancien militaire de 42 ans, Omar Gonzalez, a sauté dans la soirée du 19 septembre par-dessus la grille nord de la Maison Blanche, puis il a parcouru plus de 20 mètres de pelouse, poursuivi par des agents. Il a réussi à entrer, par la porte principale qui était ouverte, au rez-de-chaussée de la résidence, puis à traverser deux grandes salles avant d'être finalement stoppé par un agent.

 

Cinq anneaux de sécurité franchis

"Inexplicablement, Omar Gonzalez a brisé au moins 'cinq anneaux' de sécurité le 19 septembre. Le complexe de la Maison Blanche est censé être l'un des plus sécurisés du pays, sinon du monde. Comment diable cela s'est-il produit?", a déclaré Darrell Issa, président de la commission de Supervision et de Réforme du gouvernement à la Chambre, l'un des nombreux élus outrés par l'intrusion.

"Cet échec a une nouvelle fois ébranlé la confiance des Américains dans le Secret Service, une confiance déjà éprouvée par la série de scandales récents", a-t-il dit.

Et le républicain de citer quatre incidents qui ont fait la Une de l'actualité ces dernières années : l'intrusion d'un couple de personnalités de téléréalité à un dîner d'Etat en novembre 2009; les coups de feu tirés, sans être immédiatement repérés, par Oscar Ortega-Hernandez sur la Maison Blanche en novembre 201; le recours à des prostituées par des agents du Secret Service en Colombie en avril 2012; et une beuverie d'agents aux Pays-Bas en mars 2014.

Dans un premier temps, le Secret Service avait seulement indiqué qu'Omar Gonzalez avait été "interpellé physiquement après être entré par la porte du portique nord de la Maison Blanche", dans un communiqué au lendemain de l'intrusion. Mais le Washington Post a révélé lundi qu'il avait en fait parcouru plusieurs pièces, choquant la classe politique américaine.

 

Un couteau et 800 cartouches

Omar Gonzalez portait sur lui un couteau à lame repliable, et il avait 800 cartouches dans sa voiture.

Il avait également été interrogé à l'occasion de contrôles de police deux fois, en juillet et en août, sans être apparemment considéré comme une menace pour la famille présidentielle, malgré la présence d'armes et d'une carte désignant la Maison Blanche.

Il est actuellement en détention. Sa prochaine audience a été fixée à mercredi.

Julia Pierson, 55 ans, a pris la tête du Secret Service, où elle travaillait déjà depuis plus de 30 ans, en mars 2013.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a assuré vendredi que le président maintenait sa "pleine confiance" dans le Secret Service, "y compris dans ses dirigeants, dont la directrice".

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles