Chine : la fête nationale dope la mobilisation à Hong Kong

La "révolution des parapluies" n'a pas faibli ce mercredi 1er octobre, jour de la fête nationale chinoise. [AFP]

La mobilisation contre le gouvernement chinois a pris une nouvelle ampleur, mercredi à Hong Kong.

 

Galvanisés par le symbole que représentait la fête nationale chinoise, les manifestants n’avaient jamais été aussi nombreux à envahir les rues du territoire pour réclamer la mise en place de réformes démocratiques.

Et les leaders étudiants ont lancé un ultimatum au chef de l’exécutif, Leung Chun-ying, menaçant d’occuper les bâtiments gouvernementaux s’il ne quittait pas le pouvoir aujourd’hui au plus tard.

 

Pékin veut éviter les débordements

Craignant de nouvelles violences, comme ce fut le cas dimanche dernier, les responsables du mouvement Occupy Central ont pris leurs distances avec cet ultimatum, avertissant que «toute escalade sera de la responsabilité des étudiants».

Selon le Wall Street Journal, Pékin aurait demandé aux autorités de Hong Kong de ne pas user de violences contre les manifestations, conscient du retentissement international dont jouit le mouvement. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles