Un premier cas d'Ebola diagnostiqué aux Etats-Unis

Le malade contaminé par le virus Ebola a été diagnostiqué le 31 septembre au Texas, aux États-Unis. [CC / Carl de Souza/AFP]

Le premier cas d'un malade ayant contracté le virus Ebola a été diagnostiqué aux États-Unis mardi.

 

L'homme était rentré au Texas le 20 septembre après un voyage au Liberia, le pays le plus touché par l'épidémie Ebola.

Selon Tom Frieden, le directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l'homme avait été examiné avant de monter dans l'avion sans qu'aucun symptôme n'ait été constaté.

Les premiers signes de l'infection sont apparus le 24 septembre, poussant alors le malade à consulter un médecin deux jours plus tard.

L'homme a été hospitalisé le 28 septembre au Health Presbyterian Hospital à Dallas, au Texas où il a été mis en quarantaine.

Les analyses de deux laboratoires ont confirmé le diagnostic de la fièvre hémorragique Ebola mardi.

 

"Les proches du malade pourraient contracter Ebola"

Le directeur de CDC a déclaré lors de son intervention du 30 septembre qu'il n'y a "aucun risque de transmission" du virus avec les autres passagers du vol puisque le malade n'était pas contagieux au moment de prendre l'avion.

En revanche, le docteur Frieden n'exclut pas un risque de contamination avec les proches du malade. L'entourage du patient va être surveillé de très près. Les personnes qui auraient pu être en contact avec le malade vont également être examinées.

Le site CBS News a annoncé la mise en quarantaine des deux ambulanciers transportant le malade.

 

Le premier cas d'Ebola dignostiqué hors Afrique

Tom Frieden a déclaré qu'Ebola était "une maladie terrifiante". Mais il s'est voulu rassurant en promettant : "Nous empêcherons la propagation du virus Ebola dans ce pays".

Pour éviter toute paranoïa générale, les autorités américaines n'ont pas souhaité dévoiler l'identité, l'âge et la nationalité du malade.

Selon le bilan du 27 septembre de l'OMS, l'épidémie Ebola aurait déjà infecté 6.500 personnes et fait plus de 3.000 morts

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles