Le Mali appelle l'ONU à l'aide face aux jihadistes

Image d'illustration.[AFP]

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a demandé hier à l’ONU d’envisager le déploiement d’une «force d'intervention rapide» dans le nord du pays, pour faire face à la multiplication des attaques des jihadistes.

 

La situation est à nouveau critique au Mali. Car près de deux ans après l’opération Serval, lors de laquelle l’armée française avait évité que le pays tombe entre leurs mains, les groupes islamistes (Aqmi, Ansar Dine et le Mujao) sont à nouveau très actifs.

Selon le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, la diminution progressive du dispositif Serval et le retrait de l'armée malienne du nord du Mali aurait favorisé leur retour.

La France a basculé en juillet sa force Serval sur Barkhane, une opération plus large de lutte contre le jihadisme avec 3 000 soldats mobilisés au Sahel. Et la mission de l'ONU au Mali, la Minusma, compte près de 9 300 militaires et policiers. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles