Syrie : Daesh libère une centaine de Kurdes détenus depuis février

La ville de Kobané, en Syrie. [ARIS MESSINIS / AFP]

Le groupe extrémiste Etat islamique a libéré au moins 93 civils kurdes qu'il avait kidnappés en février alors qu'ils étaient en route pour le Kurdistan irakien, rapporte mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Plus de 160 civils kurdes avaient été enlevés en février par Daesh qui les accusait d'être des membres de l'Union démocratique kurde (PYD), le principal parti kurde de Syrie dont les forces combattent le groupe jihadiste depuis plus d'un mois et demi dans la ville de Kobané.

L'OSDH n'était pas en mesure de préciser la raison pour laquelle les otages avaient été relâchés.

Cinquante-trois d'entre eux ont pu entrer en Turquie, tandis que 40 autres se trouvaient toujours sur le sol syrien, d'après l'ONG, qui dispose d'un large réseau d'informateurs à travers la Syrie. Le sort des quelque 70 autres personnes enlevées en février reste inconnu.

 

Des civils originaires de Kobané

Les civils, originaires de Kobané, avaient été kidnappés après avoir quitté cette ville frontalière pour se diriger plus à l'est, en route pour le Kurdistan irakien. Daesh les a ensuite détenus dans son bastion de Raqa, dans le nord de la Syrie.

Fin octobre, l'Etat islamique avait également libéré 25 écoliers kurdes qu'il avait enlevés en mai dans le nord de la Syrie, alors qu'ils retournaient chez eux à Kobané.

Les forces kurdes, appuyées par des raids de la coalition internationale, résistent farouchement aux jihadistes, qui ont lancé une vaste offensive le 16 septembre contre cette ville. Elles sont aidées depuis peu principalement par des peshmergas irakiens.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles