Ebola : l'aide-soignante contaminée en Espagne va sortir de l'hôpital

L'hôpital Carlos III à Madrid. [GERARD JULIEN / AFP]

L'équipe médicale ayant traité l'aide-soignante atteinte par le virus Ebola à Madrid, la première qui a été touchée par cette fièvre hémorragique hors d'Afrique, a annoncé tout sourire mercredi qu'elle avait reçu le feu vert pour quitter l'hôpital, un mois après son admission.

 

"Teresa Romero, patiente et professionnelle de notre hôpital, va pouvoir sortir aujourd'hui, ce qui est une excellente nouvelle après un mois très compliqué pour nous tous", a déclaré le directeur de l'hôpital Carlos III de Madrid, Rafael Perez-Santamaria, avant de remercier les quelque 100 professionnels qui ont travaillé à sa guérison.

"Elle pourra mener une vie tout à fait normale, il n'y a plus une trace de virus dans son organisme", a ajouté le docteur José Ramon Arribas. 

Ce dernier a toutefois précisé que l'aide-soignante aurait encore besoin de temps pour se remettre "complètement", rappelant qu'elle avait été hospitalisée pendant 30 jours et souffert d'une "infection très grave" ayant causé un problème "respiratoire". 

L'équipe soignante, visiblement soulagée, a évoqué les "enseignements très importants" tirés de ce cas.

Même s'il n'existe encore que des traitements expérimentaux contre Ebola, ont-ils rappelé. Et en l'absence de "groupe de contrôle" pour comparer leur efficacité, "il est difficile de savoir ce qui a fonctionné pour notre patiente", a expliqué le docteur Marta Arsuaga.

Aide-soignante travaillant dans le même hôpital Carlos III où elle a été traitée, Teresa Romero a développé les premiers symptômes le 29 septembre. Elle avait soigné deux missionnaires espagnols atteints de la fièvre hémorragique Ebola qui avaient été rapatriés respectivement le 8 août et le 22 septembre et sont décédés quelques jours plus tard.

C'est apparemment auprès du second, arrivé de Sierra Leone et décédé le 25 septembre, que Teresa Romero a été contaminée. 

Son cas avait provoqué une grande polémique en Espagne sur la possible impréparation du personnel et le manque d'équipement adapté. Un juge d'instruction de Madrid a depuis ouvert une enquête pour déterminer si la vie des personnels de santé en contact avec le virus Ebola avait été mise en danger par l'insuffisance des mesures de prévention.

Le taux de mortalité de cette fièvre hémorragique, qui a déjà tué 4.951 personnes depuis mars et touché 13.567 personnes, principalement au Liberia, Sierra Leone et Guinée, selon le bilan au 31 octobre de l'Organisation mondiale de la santé, approche les 70%.

À suivre aussi

Russie Russie : Un incendie dans un centre de virologie abritant la variole, Ebola et de l'anthrax
RDC Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola
Un homme se fait vacciner contre Ebola dans un centre à Goma, le 15 juillet 2019 [Pamela TULIZO / AFP/Archives]
épidémie Ebola en RDC : décès du deuxième cas détecté la veille à Goma

Ailleurs sur le web

Derniers articles