Derna : une enclave de Daesh en Afrique

La ville de Derna, en Libye, première enclave africaine hors des frontières du califat de l'EI [CC/Maher A. A. Abdussalam]

La ville de Derna, en Libye, se situe sur la côte entre Tobrouk et Benghazi : elle est la première enclave contrôlée par l'EI hors des frontières du "califat". L'organisation islamiste en a pris le contrôle début octobre, sans que cette information ne fasse l'objet d'une forte médiatisation.

 

C'est désormais sur le nord de l'Afrique que le califat voulu par l'EI pourrait s'implanter. Sur une vidéo filmée le 31 octobre dans cette ville côtière, lon peut voir des dizaines de jeunes prêter allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le "calife Ibrahim", puis brandir des drapeaux de l’Etat islamique.   

Certains militants de Daesh y seraient actifs depuis septembre. Le groupe islamiste semble avoir à ce jour converti une importante partie de la population, puisqu’il dispose sur place d’une mosquée, d’une police et d’un tribunal islamiques.

 

Un  bastion islamiste de longue date

La mainmise des jihadistes sur Derna n’est pas le fait du hasard. Terreau de l’insurrection lors de la révolution libyenne de 2011, échappant totalement au pouvoir de Tripoli depuis : Derna était une terre déjà empreinte d’une proximité forte avec l’islamisme et notamment avec Daesh, en sont la preuve les nombreux départs vers l’Irak et la Syrie.

Certains combattants libyens revenus de Syrie ont créé le 4 avril 2014 à l’aide de jihadistes des pays frontaliers le Conseil consultatif de la jeunesse islamique ou MCCI (Majlis Choura Chabab Al-Islam).

Le MCCI prenant de plus en plus d’importance dans la ville, des dirigeants du Daesh sont venus à leur rencontre en septembre pour envisager une potentielle allégeance du groupe libyen au groupe Etat islamique. Depuis le 3 octobre, cette allégeance aurait été officialisée "devant des centaines d’habitants" selon Le Monde.

 

 

Un ralliement en force à Daesh

"Le ralliement (ndlr : à l'Etat islamique) le plus important, parce qu'ils revendiquent trois mille combattants, est celui des Libyens à Derna", estime Romain Caillet, chercheur et consultant sur les groupes jihadistes, joint au téléphone à Beyrouth par l’AFP.

Daesh s’appuie, comme en Irak et en Syrie, sur une grande violence. Lundi 10 novembre, trois jeunes militants politiques avaient été retrouvés décapités à Derna, un mois après leur kidnapping. Ils avaient partagé sur les réseaux sociaux leur point de vue sur l’influence des islamistes dans la ville

Pour Romain Caillet, "les commandants subissent une pression de leurs bases pour se rapprocher de l'Etat Islamique". Un ralliement à l’Etat islamique se ferait donc de manière progressive, plus ou moins accepté par les différents groupuscules mais aussi en fonction des générations. Les militants du Daesh profiteraient en effet d’un "clivage de génération : les chefs d'Al-Qaïda semblent trop vieux, dépassés aux yeux des nouvelles générations."

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles