Ebola : l'état d'urgence levé au Libéria

Un homme vêtu d'une combinaison de protection, le 14 août 2014 à l'hôpital de Biankouma (Côte d'Ivoire)[Issouf Sanogo / AFP/ Archives]

La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, a annoncé jeudi la levée de l'état d'urgence instauré en août pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, prévenant néanmoins que "le combat n'était pas terminé".

 

"J'ai informé les dirigeants de l'Assemblée nationale que je ne demanderais pas une prolongation de l'état d'urgence" décrété le 6 août, a annoncé Mme Sirleaf dans une déclaration diffusée à la radio et à la télévision, ajoutant que le couvre-feu nocturne était repoussé d'une heure, de minuit (heure locale et GMT) à 06H00.

Avec plus de la moitié des quelque 5.100 morts de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, l'Organisation mondiale de la santé (OMS, le Liberia est le pays le plus touché, mais la propagation du virus s'y est nettement ralentie depuis environ un mois.

La fin de l'état d'urgence "ne signifie pas le combat contre Ebola est terminé", a indiqué Mme Sirleaf.

"Alors que le virus avançait, représentant un danger manifeste pour notre Etat, nos voisins et le reste du monde, nous avons été obligés de déclarer l'état d'urgence. Nous nous sommes mobilisés, nous avons fait appel au monde nos citoyens et le monde ont répondu. Aujourd'hui nous pouvons tous être fiers des progrès", a-t-elle expliqué.

"Nous ne pouvons pas baisser notre garde ni réduire notre vigilance", a-t-elle insisté, précisant que les marchés et les écoles rouvriraient progressivement.

Mme Sirleaf a souligné que le Liberia, "avait réagi fermement" en fermant les frontières, décrétant un couvre-feu et quarantaines, en fermant les écoles et en restreignant les rassemblements publics".

Une réunion du Parlement était prévue pour discuter d'une éventuelle prolongation de l'état d'urgence, dont la durée avait été fixée à trois mois, avant l'annonce de la présidente.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles