Pakistan : nouvel appel de Malala

Malala Yousafzai.[PAUL ELLIS / AFP]

La militante pakistanaise Malala Yousafzaï, lauréate du prix Nobel de la paix à 17 ans, aujourd'hui installée au Royaume-Uni, a appelé par vidéoconférence mardi 18 novembre les jeunes Pakistanais à se mobiliser pour le droit des filles et des femmes à l'éducation.

 

L'adolescente avait été propulsée symbole mondial de la lutte contre l'extrémisme après avoir survécu in extremis il y a deux ans à une attaque ciblée des talibans à Mingora, ville de la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), frontalière de l'Afghanistan et secouée régulièrement par des attentats, dont elle est originaire.

Dans une vidéoconférence devant des milliers d'enfants retransmise dans la capitale provinciale Peshawar, sa première au pays depuis qu'elle a obtenu le mois dernier le prix Nobel de la paix, Malala a appelé les étudiants pakistanais à poursuivre son combat sur le terrain.

 

Pour le droit des femmes

"Je veux que chaque fille obtienne le respect qu'elle mérite. Nous devons élever nos voix pour cela, pour le droit des femmes, en particulier pour l'éducation des enfants, les jeunes doivent aussi se lever et se battre pour leur futur", a-t-elle déclaré.

La jeune militante, qui s'était fait connaître localement il y a plus de cinq ans pour son opposition aux talibans, a aussi appelé les jeunes à s'inspirer des réussites de Pakistanaises comme Benazir Bhutto, ancienne Première ministre assassinée en décembre 2007 lors d'un attentat en banlieue de la capitale fédérale Islamabad.

"Dans un pays où une femme a été Premier ministre, où des femmes sont médecins et ingénieurs, cela doit nous servir de modèle", a-t-elle ajouté lors de cet événement organisé par la Fondation Rahid Shaheed, établie en hommage au fils unique, assassiné en 2010 par des insurgés, de l'ancien ministre provincial Mian Iftikhar Hussain.

 

L’Etat pakistanais ne salue pas le combat de Malala

Au Pakistan, et en particulier dans le nord-ouest du pays, Malala demeure l'objet de vives critiques, notamment de la part des islamistes qui l'accusent d'être mise à l'avant-scène par les puissances occidentales pour donner une mauvaise image de la religion musulmane.

Récemment, les députés de l'assemblée provinciale du Khyber Pakhtunkhwa n'ont pas réussi à s'entendre sur une simple résolution visant à saluer le Nobel de Malala. "Et le gouvernement provincial n'a organisé aucun événement pour saluer l'accomplissement de Malala, car ils ont des sympathies pour les terroristes", a déploré M. Hussain.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles