Béatrice, 14 ans, tuée dans une forêt belge : une ancienne affaire refait surface

A proximité du lieu de découverte du corps de Béatrice.[ANTHONY DEHEZ / BELGA / AFP]

Une adolescente de 14 ans a été retrouvée morte lundi dernier dans les bois de Sesselich, à proximité d’Arlon en Belgique. Les poignets de la jeune fille étaient entravés et elle portait une cordelette autour du cou. Fin mai, une autre adolescente de la même école avait disparu trois jours avant d’être retrouvée vivante dans le même bois. un lien existerait-il entre les deux affaires ?

 

Le corps sans vie de Béatrice Berlaimont, une adolescente belge de 14 ans, a été retrouvé lundi 1er décembre dans les bois de Sesselich, à proximité de la ville d’Arlon dans la province de Luxembourg en Belgique. Les poignets de la jeune femme, entravés, ainsi que la cordelette qu’elle portait autour du cou sont autant d’indices qui ont poussé le parquet d’Arlon à confirmer la thèse criminelle mercredi matin.

"L'autopsie effectuée mardi n'a pas encore permis de déterminer la cause de la mort", a précisé Sarah Pollet, la magistrate en charge du dossier. La famille de Béatrice, sous le choc, exprime le besoin de savoir ce qu'il s'est passé. "Nous aimerions faire notre deuil mais c’est impossible sans savoir ce qui est réellement arrivé à Béatrice », explique Isabelle, la maman de Béatrice. Le papa, séparé de la maman, ne dit pas autre chose. Quant au beau-père de l’adolescente, il est lui aussi dévasté. "C’est moi qui l’ai élevée ces six dernières années, c’est normal que je sois appelé aussi", s’est-il exclamé. Les obsèques de Béatrice se dérouleront samedi 6 décembre à Arlon.

 

Une autre adolescente retrouvée vivante dans le même bois

Il pourrait s’agir d’une simple coïncidence mais une autre affaire refait surface ce vendredi 5 décembre. Selon La Dernière Heure, une camarade d’école de Béatrice Berlaimont, portée disparue pendant trois jours au mois de mai, a été retrouvée vivante dans le bois de Sesselich, là-même où les enquêteurs ont découvert le cadavre de Béatrice.

La jeune fille retrouvée vivante, Karen Thomas, fréquentait le même établissement scolaire que celui dans lequel Béatrice était scolarisée. L’adolescente, âgée de 15 ans, avait disparu le 23 mai dernier après avoir été déposée devant son école. De gros moyens avaient été mis en œuvre pour retrouver Karen. Finalement, Karen Thomas avait été retrouvée en vie le lundi 26 mai dans le bois de Sesselich.

Interrogée jeudi 4 décembre par La Dernière Heure, la maman de Karen s’est refusée à tout commentaire, ne souhaitant pas revenir sur les circonstances de la disparition ni sur celles de sa découverte. Du côté du parquet d’Arlon, même silence lorsqu’il s’agit d’évoquer ces faits vieux de 6 mois.

Impossible pour l'instant de relier ces deux affaires. Karen a-t-elle été enlevée ? A-t-elle fugué ? 

 

Un témoignage décisif ?

Stéphane Frognier est un chauffagiste qui affirme avoir vu un homme étrange rôder la semaine dernière à Arlon. Un portrait a été dressé par les enquêteurs auquel le témoin a décrit l’individu qu’il a croisé rue Marie-Delcourt à Arlon il y a une dizaine de jours. Il s’agirait d’un marginal, âgé d’une trentaine d’années, portant un pantalon type militaire et une casquette enfoncée sur la tête. Surtout, selon Stéphane Frognier, l’homme portait un sac identique à celui que portait Béatrice le jour de sa disparition.

Stéphane Frognier, se confiant à La Dernière Heure affirme avoir déjà croisé « l’homme étrange » il y a un an. "Je suis physionomiste, affirme-t-il. Je suis certain de l’avoir déjà croisé il y a environ un an. Il a la trentaine, rasé de la tête, type marginal mais pas SDF", ajoute le chauffagiste.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles