Yémen : deux otages tués lors d'une opération de libération

Un militaire yéménite le 9 juin 2014.[Mohammed Huwais / AFP/Archives]

L'Américain Luke Somers et le Sud-africain Pierre Korkie, qui étaient retenus en otages par Al-Qaïda au Yémen, ont été tués samedi lors d'une opération militaire menée par les Etats-Unis visant à les libérer. Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a confirmé la nouvelle

 

"Les forces spéciales américaines ont mené une mission au Yémen afin de libérer un citoyen américain, Luke Somers, et tout autre citoyen étranger retenu en captivité avec lui par les terroristes d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa)", a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel.

"Mais M. Somers et un second citoyen non américain qui était captif avec lui ont été assassinés par les terroristes d'Aqpa au cours de cette opération", a-t-il ajouté dans un communiqué.

L'association Gift of the Givers a indiqué à Johannesburg que le second otage tué était Pierre Korkie, un enseignant sud-africain retenu par Al-Qaïda depuis le 27 mai 2013.

Ce Sud-Africain à la santé fragile avait été enlevé en même temps que son épouse Yolande. Cette dernière avait été libérée le 10 janvier 2014.

Les ravisseurs de M. Korkie réclamaient le versement d'une rançon de 3 millions de dollars mais avaient récemment envisagé de réduire leur prétention. L'ONG négociait par l'intermédiaire de bédouins yéménites. 

"Yolande et sa famille sont psychologiquement et émotionnellement d'autant plus anéantis qu'ils savaient que Pierre allait être libéré par Al-Qaïda demain" dimanche, a affirmé Gift of Givers.

Luke Somers, un photojournaliste de 33 ans, avait lui été kidnappé en septembre 2013 dans la capitale yéménite Sanaa.

L'opération visant à les libérer a été lancée moins de 24 heures avant l'expiration d'un ultimatum d'Al-Qaïda et une dizaine de jours après une précédente opération similaire qui avait échoué.

Dans une vidéo mise en ligne jeudi, Aqpa avait menacé de tuer Luke Somers dans les trois jours si les Etats-Unis ne répondaient pas aux exigences du groupe. Le réseau ne détaillait pas ces revendications mais selon lui, Washington les "connaissait".

 

Dix insurgés d'Al-Qaïda tués

Selon plusieurs sources de sécurité sur place, les forces yéménites ont également participé à l'opération menée dans le sud du Yémen.

Le ministère yéménite de la Défense a qualifié l'attaque d'"opération d'envergure", ajoutant que "dix membres d'Al-Qaïda ont été tués et un autre blessé".

Selon une source de sécurité, l'opération a été menée dans la région de Noussab, un des principaux fiefs des insurgés extrémistes au Yémen. "Plusieurs raids de drone ont visé des positions d'Al-Qaïda à Noussab", a déclaré cette source à l'AFP.

"Lors de ces raids, il y a eu un parachutage de soldats (....) et des accrochages armés ont suivi", a indiqué à l'AFP un chef tribal de la région.

De violents accrochages armés, ponctués de puissantes explosions, se sont déroulés dans la matinée, ont rapporté des habitants.

L'opération a visé en particulier une maison à Noussab où des combattants d'Al-Qaïda se seraient retranchés, selon les habitants.

Elle est intervenue après l'échec d'une précédente menée conjointement fin novembre par le Yémen et les Etats-Unis. Selon le New York Times, les forces spéciales américaines avaient alors trouvé et libéré huit otages, mais Luke Somers ne se trouvait pas sur place. Le ministère yéménite de la Défense avait indiqué que le groupe extrémiste avait transféré l'Américain avant l'opération.

En confirmant cette première opération, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, avait indiqué que "les Etats-Unis ne toléreraient pas l'enlèvement de leurs citoyens et travailleraient sans relâche pour tenter de les libérer et pour poursuivre leurs ravisseurs".

Al-Qaïda est actif dans le sud et l'est du Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique en proie à des violences et à une grave crise politique.

Les Etats-Unis sont le principal allié du Yémen dans la lutte contre Al-Qaïda et sont autorisés à y mener des attaques de drone contre ce réseau extrémiste sunnite.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles