Etats-Unis : un Noir exécuté après avoir tué un policier blanc

Robert Wayne Hosley, 49 ans, a été exécuté par injection en Georgie mercredi à 4h51 heure française.[PAUL BUCK / AFP]

Robert Wayne Holsey, un Noir américain de 49 ans, a été exécuté par injection cette nuit aux Etats-Unis, après avoir été reconnu coupable du meurtre d’un policier blanc en 1995. Une exécution qui s’inscrit dans un contexte actuel tendu entre la communauté noire et la police américaine.

 

Les ultimes recours de son avocat n’ont pas été entendus par la justice des Etats-Unis. Comme prévu, Robert Wayne Hosley, 49 ans, a été exécuté par injection en Georgie mercredi à 4h51 heure française. Il s’agit de la 34e exécution de l’année aux Etats-Unis. Celle de Paul Goodwin, condamné pour le meurtre d’une veuve à coups de marteau en 1998, est pour sa part programmée dans la nuit de mercredi à jeudi dans le Missouri (Etats-Unis).

Jusqu’au bout, la défense de Robert Wayne Holsey a tenté de faire annuler la condamnation à la peine capitale de son client.

 

Défendu par un avocat blanc

Son avocat actuel, Brian Krammer, a notamment fait observer à la Cour suprême, que l’ancien avocat de Holsey, présenté comme un blanc « alcoolique chronique » ayant, dans le passé, proféré des injures racistes à l’encontre de voisins noirs, n’avait pas plaidé les circonstances atténuantes lors de la défense de son client. Car selon Krammer, Holsey souffrait bien d’un handicap intellectuel.

Il reste que la plus haute instance judiciaire américaine n’a pas entendu cet ultime plaidoyer et confirmé la sentence initiale.

 

Nouvelle présumée bavure lundi soir

Cette exécution s’inscrit dans un contexte des plus tendus aux Etats-Unis entre la communauté noire et la police du pays. Une nouvelle présumée bavure a eu lieu lundi soir à Orlando. Cedric Bartee, un Afro-Américain, a été grièvement blessé par balle par un policier alors qu’il conduisait une voiture volée. Bartee ne portait pas d’arme et ne s’était pas montré menaçant selon le recoupage de plusieurs témoignages.

Avant lui, Trayvion Martin, Michael Brown et Eric Garner avaient été tous les trois tués par des policiers blancs. Si la communauté noire impute leur mort à des bavures policières successives, la justice des Etats-Unis a, à chaque fois, décidé de ne pas poursuivre les policiers incriminés.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles