Proche-Orient : tensions après la mort d'un représentant palestinien

Des manifestant palestiniens protestent dans les rues de Ramallah, le 3 juillet 2012[AFP]

Les Palestiniens ont promis de se venger. Au lendemain de la mort de Ziad Abou Eïn, ancien ministre palestinien décédé à la suite de heurts avec des soldats israéliens, la crainte de nouvelles violences était forte au Proche-Orient. A Ramallah, des milliers de personnes se sont rendues aux funérailles de ce représentant, aux cris de "Nous te vengerons avec notre propre sang".

 

Une tension palpable jusque dans les plus grandes instances palestiniennes, puisque le président palestinien Mahmoud Abbas, généralement partisan de l'apaisement, a annoncé que toutes les options étaient "ouvertes" pour répondre à la mort de Ziad Abou Eïn. Pour prévenir d’éventuels débordements, Israël a de son côté décidé d’envoyer des renforts en Cisjordanie.

Figure majeure du Fatah, Ziad Abou Eïn, 55 ans, est mort lors d’une manifestation contre la colonisation israélienne. Son autopsie a donné lieu à deux interprétations différentes. Pour les Palestiniens, il est décédé sous les coups des soldats israéliens et à cause des gaz lacrymogènes. Pour les Israéliens, il a succombé à un accident cardiaque

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles