Cuba-USA : le pape François a joué un rôle crucial

Le pape François. Photo d'illustration. [AFP / Giuseppe Cacace]

Le pape François et le Vatican ont joué un rôle d'intermédiaire essentiel dans le rapprochement historique annoncé mercredi entre les Etats-Unis et Cuba, a indiqué un haut responsable américain.

 

Le pape a ainsi lancé un appel personnel à Barack Obama, dans une lettre "cet été", et séparément à Raul Castro, et le Vatican a accueilli des délégations des deux pays pour finaliser le rapprochement, a expliqué ce responsable.

Le pape François a exprimé mercredi sa "grande satisfaction" pour la "décision historique" de Cuba et des Etats-Unis d'établir des relations diplomatiques, a annoncé le Saint-Siège, confirmant une médiation personnelle du pontife.

"Le Saint-père désire exprimer sa grande satisfaction pour la décision historique des gouvernements des Etats-Unis et de Cuba d'établir des relations diplomatiques, afin de surmonter, dans l'intérêt de leurs citoyens respectifs, les difficultés qui ont marqué leur histoire récente", annonce le communiqué du Vatican.

Ces derniers mois, le pape a écrit aux deux présidents "pour les inviter à résoudre les questions humanitaires d'intérêt commun, parmi lesquelles la situations de certains détenus, afin de lancer une nouvelle phase dans les rapports entre les deux parties", ajoute le communiqué.

Le Saint-Siège a accueilli en octobre des délégations des deux pays et leur a "offert ses bons offices pour favoriser un dialogue constructif sur les thèmes délicats, dialogue grâce auquel des solutions satisfaisantes ont été trouvés pour les deux parties", poursuit le communiqué.

Le Vatican assure qu'il "continuera à soutenir les initiatives que les deux nations entreprendront pour intensifier leurs relations bilatérales et favoriser le bien-être de leurs citoyens".

Le Vatican et l'Eglise cubaine ont joué un grand rôle dans le récent processus de démocratisation sur l'île, en nouant peu à peu des relations avec le régime cubain et en se faisant les avocats d'une opposition démocratique, demandant la libération d'opposants.

Les visites de Jean Paul II en 1998 et de Benoît XVI en 2012 avaient posé des jalons dans ce rapprochement. 

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles