Ferry incendié : au moins dix morts

Le ferry italien "Norman Atlantic" prend feu au large de la Grèce le 28 décembre 2014. [Photo : Twitter]

L'incertitude demeure sur le bilan des victimes de l'incendie d'un ferry dimanche au large de l'Albanie, pour l'instant arrêté à dix morts, obligeant les autorités maritimes à poursuivre les recherches d'éventuels disparus en mer.

 

Au total, 427 personnes, dont les 56 membres d'équipage, ont été sauvées des flammes à l'occasion d'une opération de sauvetage "sans précédent", selon les autorités italiennes.

Le ferry, toujours immobilisé par des remorqueurs à une quinzaine de miles de la côte albanaise, dans le canal d'Otrante, est désormais totalement évacué après le départ de son commandant lundi après-midi, dernier à quitter le navire.

Mais des dizaines de passagers du Norman Atlantic attendaient toujours mardi matin leur retour sur la terre ferme.

La plupart de ces rescapés sont indemnes, mais certains souffraient d'hypothermie ou de problèmes respiratoires.

Le navire militaire italien San Giorgio, qui accueille à son bord plus de 180 rescapés, était toujours mardi matin sur la zone de l'accident, à la recherche d'éventuels disparus. Attendu dans la matinée dans le port de Brindisi (sud-est), il pourrait en fait ne regagner ce port de l'Adriatique qu'en toute fin de journée, a indiqué à l'AFP un officier de la marine militaire italienne.

L'incertitude entourant le nombre précis des passagers ayant embarqué à bord du ferry reste totale, d'autant que le navire a fait une escale en Grèce après son départ du port grec de Patras.

La liste d'embarquement du navire, battant pavillon italien et affrété par la compagnie grecque Anek, faisait état dans un premier temps de 478 personnes à bord, dont 422 passagers, mais la compagnie a ramené ce chiffre dans la soirée à 475. Le chiffre de 458 circule également dans les médias italiens.

Il est "absolument prématuré" de parler de disparus, avait souligné lundi soir le ministre italien des Transports, Maurizio Lupi, soulignant les "doutes" qu'il avait sur l'exacitude de ce manifeste d'embarquement.

Certains des rescapés n'étaient même pas sur cette liste, a-t-il expliqué, alors que la présence de passagers clandestins est évoquée.

 

Liste peut-être inexacte

"La liste (d'embarquement) est peut-être inexacte", avait déjà reconnu lundi soir le ministre grec de la Marine marchande, Miltiadis Varvitsiotis.

Sur les 371 passagers récupérés sur le ferry, 234 sont Grecs, 54 Turcs, 22 Albanais, 22 Italiens et 10 de nationalité suisse, selon M. Lupi. Par ailleurs neuf des dix Français présents à bord "ont été localisés et pris en charge", a indiqué le gouvernement français. Aucune précision n'a été donnée sur le dixième Français.

Les autorités maritimes italiennes, grecques et albanaises s'étaient lancées dès dimanche matin dans une course contre la montre pour récupérer des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants, pris au piège, pour certains pendant plus de 34 heures, sur le pont du ferry, battu par des vents glacés et enveloppé d'une fumée épaisse qui a longtemps gêné les secours.

Douze hélicoptères, deux avions et une quinzaine de navires, dont neuf cargos, ont participé à cette opération de sauvetage déclenchée dimanche matin et qui a pris fin lundi en début de soirée.

Deux marins albanais, membres de l'équipage d'un remorqueur venu en aide au ferry, ont été grièvement blessés pendant les opérations de sauvetage, a annoncé mardi le ministère albanais de la Défense.

La justice italienne va désormais s'efforcer d'éclaircir les circonstances de ce drame et désigner les responsables, alors que des passagers ont dénoncé le manque de préparation de l'équipage.

"Il n'y a aucune alerte lancée, personne ne nous a dit quoi faire et j'ai dû chercher moi-même un gilet de sauvetage pour moi et mes enfants", a ainsi dénoncé l'un d'entre eux, non identifié, interrogé sur les télévisions italiennes.

D'autres, comme la cantatrice grecque Dimitra Theodossiou ont dénoncé devant la presse la brutalité de certains passagers, déterminés à embarquer les premiers, y compris par la force.

 

"Ils sont passés devant en frappant les femmes"

"Ils sont passés devant, en frappant les femmes pour prendre les premiers les hélicoptères", a-t-elle ainsi affirmé, soulignant elle aussi l'abence de consignes de la part de l'équipage du ferry.

L'enquête vise le commandant, considéré par les médias nationaux comme un héros, et l'armateur pour "naufrage" et "homicides involontaires". Le navire a également été placé sous séquestre judiciaire, a précisé le ministère des Transports.

Le Norman Atlantic, un ferry de 186 mètres de long, sera peut-être remorqué jusqu'au port de Brindisi ou de Bari, sur la côte sud-est de l'Italie. Un remorquage vers l'Albanie, évoqué mardi matin par les médias italiens, n'a pas été confirmé par les autorités albanaises, interrogées par l'AFP.

Le feu s'est déclaré sur le ferry dimanche à l'aube dans l'emplacement réservé aux véhicules, par une mer démontée et des vents violents, alors que le bateau assurait la liaison entre Patras, dans le sud-ouest de la Grèce, et Ancône, dans l'est de l'Italie.

Le ferry, construit en 2009, avait récemment été inspecté. Selon l'amiral Giuseppe de Giorgi, chef d'état-major de la marine militaire italienne, un problème avait été détecté sur l'une des portes pare-feu, mais il avait été réglé avant le départ du ferry, totalement fiable pour la navigation.

Vous aimerez aussi

Incendie Notre-Dame de Paris : l'incendie pourrait avoir été déclenché 24 heures avant l'effondrement de la flèche
Vendredi saint : chemin de croix sous le signe de l’émotion à Paris
Notre-Dame de Paris Vendredi saint : chemin de croix sous le signe de l’émotion à Paris
Incendie En direct, incendie de Notre-Dame de Paris : un immense parapluie pour protéger Notre-Dame de la pluie

Ailleurs sur le web

Derniers articles