Un coup d'Etat au Yémen ?

Des partisans d'Ansarullah, la rébellion chiite au Yémen, établissent un campement sur la route de l'aéroport de Sanaa, le 22 août 2014 [Mohammed Huwais / AFP]

Les miliciens chiites se sont emparés ce mardi du palais présidentiel pour prendre le pouvoir au Yémen.

 

La tension est à son paroxysme à Sanaa. Ce mardi, la capitale du Yémen a été le théâtre de nouveaux affrontements entre les soldats gouvernementaux et les combattants de la milice chiite Ansaruallah. Ces derniers ont réussi à prendre le contrôle du complexe du palais présidentiel.

Des affrontements ont également été rapportés près de la résidence du chef de l'Etat, Abd Rabbo Mansour Hadi, où deux soldats sont morts. Si la présence du président à l’intérieur du palais ou de sa résidence n’avait pas été confirmée, la ministre de l’information Nadia Sakkaf a assuré que le but des miliciens était de «renverser le régime».

Les miliciens chiites, qui contrôlent plusieurs secteurs de la capitale depuis septembre dernier, s'opposent au projet de nouvelle Constitution qui prévoit un Yémen fédéral, composé de six régions. Un redécoupage qui les priverait notamment d’un accès à la mer. Selon les autorités yéménites, les miliciens bénéficierait pour leur rébellion du soutien de l'ex-président Ali Abdallah Saleh. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles