Le FMI va "continuer de soutenir" la Grèce

Alexis Tsipras[ANGELOS TZORTZINIS / AFP]

Le FMI s'est dit prêt lundi à "continuer de soutenir" la Grèce et "espère" entamer des discussions avec son nouveau gouvernement, après la victoire du parti de gauche radicale Syriza aux législatives dimanche.

 

"Nous nous tenons prêts à continuer de soutenir la Grèce et nous espérons entamer des discussions avec le nouveau gouvernement", a indiqué dans un très court communiqué le Fonds monétaire international, qui fait partie des bailleurs de fonds de la Grèce depuis 2010 aux côtés des Européens.

Opposé aux plans d'austérité imposés notamment par le Fonds, le parti Syriza a remporté dimanche une victoire écrasante aux législatives en promettant notamment une restructuration de la dette du pays, à laquelle ses partenaires européens sont farouchement opposés.

Le FMI, qui a accordé le plus grand plan d'aide de son histoire à Athènes, est de fait un des premiers créanciers d'Athènes avec une dette de quelque 25 milliards d'euros à la fin 2014, selon le site internet du FMI.

Depuis 2010, le FMI a accordé pour 31 milliards d'euros de prêts au pays en échange de réformes économiques drastiques.

L'institution avait indiqué avant le scrutin ne "pas imaginer" que la Grèce puisse sortir de l'euro et avait réaffirmé son engagement à travailler avec Athènes "quelle que soit" l'issue du vote.

Officiellement nommé Premier ministre lundi, le chef de Syriza, Alexis Tsipras, devrait annoncer la composition de son gouvernement mercredi après avoir noué une alliance avec un parti de droite souverainiste.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles