Le Japon sous le choc après l'exécution d'un second otage

Un combattant de Daesh. [Capture d'écran Youtube]

Les intenses négociations menées par Tokyo n’auront finalement servi à rien.

 

Le gouvernement japonais a annoncé dimanche que la vidéo montrant l’exécution du journaliste Kenji Goto, enlevé à l’automne en Syrie, était probablement authentique.

"C’est un acte de terrorisme ignoble contre lequel je suis très en colère", a déclaré le Premier ministre, Shinzo Abe, visiblement ému. Une semaine auparavant, un autre otage japonais, Haruna Yukawa, avait déjà été exécuté par Daesh.

La mise à mort de Kenji Goto a renforcé les craintes concernant le sort de l’otage jordanien Maaz al-Kassasbeh, dont Daesh avait lié, un moment, la libération à celle de l’otage japonais.
 
Le groupe jihadiste réclame toujours à Amman la libération de la prisonnière irakienne, Sajida al-Rishawi, condamnée à la peine capitale pour son implication dans des attentats ayant fait 60 morts en Jordanie en 2005. Le roi Abdallah II de Jordanie a appelé dimanche à la "solidarité internationale face à l’extrémisme et le terrorisme".
 
 

Vous aimerez aussi

Justice Mark Karpelès, l'ancien roi français du Bitcoin, échappe à la prison au Japon
Manga Les 7 meilleurs mangas de mars 2019
Carlos Ghosn à Tokyo, le 9 mars 2019 [JIJI PRESS / JIJI PRESS/AFP]
Japon Le tribunal rejette la demande de Carlos Ghosn d'assister au CA de Nissan

Ailleurs sur le web

Derniers articles