Ukraine : l'approche du cessez-le-feu n'empêche pas les combats

Un tank ukrainien traverse un village de la région de Donestk, le 19 janvier 2015.[Oleksandr Stashevskiy / AFP]

Les espoirs de paix semblent bien fragiles en Ukraine. Vendredi, dans la soirée, les Etats-Unis ont accusé la Russie de continuer à déployer des armes lourdes dans l'est du pays tandis que le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé une offensive qui aurait "significativement augmenté" selon lui depuis les accords de Minsk.

 

De violents combats continuaient vendredi, avec 27 morts dans l'est de l'Ukraine, Washington accusant une nouvelle fois Moscou d'y déployer des armes lourdes, ce qui augure mal du respect du cessez-le-feu censé entrer en vigueur samedi à minuit locales.

Le texte de ces accords de "Minsk 2", arraché jeudi au terme de seize heures de négociations entre les dirigeants russe, ukrainien, français et allemand, avait fait naître "une lueur d'espoir" alors que sur le terrain les affrontements avaient atteint des niveaux critiques récemment après dix mois de conflit au lourd bilan de plus de 5.500 morts.

 

Porochenko invite à ne "pas avoir d'illusions"

Plus tôt, le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé devant des militaires qu'il ne fallait "pas avoir d'illusions" quant à l'avenir des accords de paix. "Je ne veux pas donner de faux espoirs, ni qu'on pense que je suis naïf : il y a encore un long et difficile chemin à parcourir avant d'arriver à la paix", a-t-il dit. "Personne ne peut être absolument certain que les conditions d'une paix fixées à Minsk seront remplies", a-t-il ajouté.

De son côté, Washington a accusé vendredi Moscou de continuer à déployer des armes lourdes dans l'est de l'Ukraine. "Nous sommes très préoccupés par la poursuite des combats (...) et par les informations concernant des chars et des systèmes de missiles supplémentaires venus ces derniers jours de l'autre côté de la frontière, de Russie", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki.

 

Debaltseve comme enjeu ?

Sur le terrain les combats se déroulaient sur toute la ligne du front et les "drones ennemis ont survolé toute la zone de conflit", a indiqué l'armée ukrainienne. Cette dernière a également fait état vendredi soir de combats faisant rage aux abords de Debaltseve, noeud ferroviaire stratégique à mi-chemin entre les capitales des "républiques" rebelles de Donetsk et de Lougansk, où les troupes ukrainiennes sont quasiment encerclées.

Selon plusieurs analystes, les séparatistes prorusses cherchent à reprendre Debaltseve d'ici à l'entrée en vigueur du nouveau cessez-le-feu. "L'Ukraine s'attend à une escalade et prend des mesures pour repousser les tirs", a déclaré le vice-ministre de la Défense Petro Mekhed en affirmant que les rebelles allaient tenter de prendre Debaltseve ainsi que le port stratégique de Marioupol, sur les bords de la mer d'Azov.

De l'avis général, l'accord de Minsk 2 ne permettra pas d'instaurer la paix, car il ne prévoit pas de mécanismes concrets pour régler les questions litigieuses, en particulier le contrôle de la frontière, dont 400 kilomètres sont tenus par les rebelles. L'Ukraine et les Occidentaux accusent la Russie d'y faire transiter armes, combattants et troupes régulières.

À suivre aussi

Ukraine A 24 ans, il se marie avec sa cousine de 81 ans pour échapper au service militaire
Le président américain Donald Trump et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d'une rencontre à New York le 25 septembre 2019  [SAUL LOEB / AFP]
Etats-Unis La Maison Blanche accusée d'avoir voulu garder secret l'échange entre Trump et l'Ukraine
Le président américain Donald Trump, photographié lors d'un déjeuner en marge de la conférence générale de l'ONU mardi à New York [SAUL LOEB / AFP]
Etats-Unis Trump a bien demandé à Kiev d'enquêter sur Biden mais nie toute «pression»

Ailleurs sur le web

Derniers articles