Athènes et Bruxelles peinent à s'entendre

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras.[CC/ARIS MESSINIS/AFP]

La tension monte chaque jour un peu plus entre le gouvernement d’Alexis Tsipras et les dirigeants européens.

 

Après l’échec de la réunion de l’Eurogroupe lundi soir, les positions semblaient ce mardi irréconciliables. Athènes refusant toujours les conditions demandées par Bruxelles en échange de son programme d’aide.

Et alors que Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, avait donné jusqu’à la fin de la semaine à la Grèce pour accepter une extension du plan d’aide, le Premier ­ministre grec a mis de l’huile sur le feu en annonçant le vote par le Parlement, vendredi, de nouvelles mesures sociales.

"La Grèce n’accepte pas les conditions et les ultimatums", a lancé Alexis Tsipras, accusant même le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, d’avoir "perdu son sang-froid" et de s’être "adressé de manière humiliante à la Grèce" lors de la réunion de lundi.

Le bras de fer devrait se poursuivre toute la semaine.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles