La coalition internationale anti-EI veut renforcer l'armée irakienne

Un militant de l'Etat Islamique[AFP]

Des responsables militaires de 26 pays occidentaux et arabes, réunis à Ryad, ont décidé jeudi de renforcer l'armée irakienne pour combattre le groupe Etat islamique (EI), mais un haut général américain a souligné que la campagne antijihadistes prendrait "du temps".

 

"Je suis convaincu qu'ils (les participants) ont la ferme intention de renforcer de façon coordonnée l'armée irakienne", a déclaré un diplomate occidental, sous couvert de l'anonymat.

L'EI s'est emparé en juin de larges pans de territoires en Irak, profitant de la débandade de l'armée, de nombreux soldats abandonnant leurs positions.

Si une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis mène, en appui à l'armée et aux forces kurdes irakiennes, des frappes aériennes contre l'EI depuis août, aucun pays ne souhaite participer à une opération au sol, d'où la nécessité de renforcer les forces irakiennes.

L'Allemagne a notamment annoncé en décembre l'envoi d'une centaine de militaires dans le nord de l'Irak pour former des peshmergas, les combattants kurdes.
    

Dans un communiqué, le général américain Lloyd Austin, qui dirige la coalition internationale contre l'EI en Syrie et en Irak, a indiqué que la campagne contre ce groupe extrémiste "prendrait du temps".

Il a néanmoins souligné que la force de l'EI "s'était dégradée en Syrie" tandis que les jihadistes "se sont montrés incapables de prendre et de garder de nouveaux territoires en Irak".

Selon la source diplomatique occidentale, la Syrie, où la coalition mène des raids depuis fin septembre contre des positions de l'EI, "est un peu en second plan pour l'instant". "La première chose à faire, c'est de se débarrasser (de l'EI) en Irak."
    
D'après cette source, la montée en puissance de l'EI en Libye faisait aussi partie des discussions de Ryad, débutées mercredi.

Lundi, des avions de combat égyptiens ont bombardé des positions tenues par ce groupe en Libye, en représailles à la décapitation de 21 chrétiens coptes en majorité égyptiens.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles