Niger : un téléthon pour les soldats qui combattent Boko Haram

Des dons sont récoltés en faveur de l'armée au Niger[Pius Utomi Ekpei / AFP/Archives]

Le Niger a organisé vendredi soir un téléthon pour mobiliser des fonds destinés à son armée engagée dans la lutte contre le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.

 

Un peu de play-back et beaucoup de déclarations de dons, longuement énumérées par un huissier en robe, ont ponctué cet évènement organisé dans le Palais des congrès de Niamey tendu de rouge.

Quelque 1.500 spectateurs étaient réunis dans cette enceinte, parmi lesquels le Premier ministre Brigi Rafini et Malika Issoufou, l'une des épouses du chef de l'Etat nigérien Mahamadou Issoufou, des députés, des membres du gouvernement et des hommes d'affaire.

 

Des billets jetés sur des militaires

Nombre d'entre eux sont montés sur scène pour jeter des billets sur des militaires chantant ou marchant en l'honneur de l'armée. Un chanteur en treillis, particulièrement en verve, a enthousiasmé les rangs de soldates présentes dans le public.

"Tous les fonds récoltés seront intégralement versés dans les caisses du régisseur du ministère de la Défense du Niger", a souligné l'un des animateurs. "Les FDS (Forces de défense et de sécurité), vous avez vu comment les Nigériens vous aiment", s'est-il écrié.

 

Le montant total des dons pas encore connu

La cérémonie était retransmise en direct sur Télé Sahel, la télévision publique. Un bandeau vert "Téléthon pour les FDS" défilait, affichant des noms de banques et des numéros de comptes que devaient abonder les téléspectateurs.  

Le gouvernement a déjà annoncé une contribution de 20 millions de francs CFA (environ 30.500 euros) et les députés 11 millions FCFA (environ 16.800 euros). Le montant total des dons n'était pas encore connu.

Des quêtes sont organisées depuis plusieurs jours dans les grandes villes nigériennes afin de récolter des fonds, selon les gouverneurs des huit régions du pays.

 

3.000 soldats mobilisés contre Boko Haram

La région de Diffa dans le sud-est du Niger est le théâtre d'attaques des insurgés de Boko Haram depuis le début du mois de février. Plus de 3.000 soldats sont mobilisés dans cette zone frontalière avec le nord-est du Nigeria, fief du groupe armé.

Des milliers de personnes ont manifesté mardi dans la capitale Niamey et en province contre Boko Haram, dont les assauts ne semblent pas faiblir dans la région du Lac Tchad malgré la coalition régionale mise en place.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles