Bangladesh : les violences politiques ont fait plus de 100 morts

Des violences à Dacca en janvier 2015.[HASAN RAJA / AFP]

Les violences entre partisans de la Première ministre bangladeshi Sheikh Hasina et la dirigeante de l'opposition Khaleda Zia ont fait plus de 100 morts au cours des dernières semaines, a annoncé lundi la police.

 

Les corps de quatre hommes criblés de balles ont été découverts lundi dans la capitale Dacca, portant à 102 le bilan provisoire de la confrontation haineuse entre les deux camps.

Les quatre victimes ont été sommairement exécutées après avoir été surprises en possession de cocktails Molotov.

Depuis que Khaleda Zia a appelé, début janvier, à un blocus des transports pour essayer d'obtenir l'organisation d'un nouveau scrutin, des centaines de véhicules ont été visés par des jets de bombes incendiaires.

Zia, dirigeante du Bangladesh Nationalist Party (BNP), se dit empêchée de quitter ses bureaux depuis le 3 janvier, quand elle a appelé à manifester à l'occasion du premier anniversaire de la réélection d'Hasina qu'elle a qualifiée de "farce".

Hasina et son parti, l'Awami League, ont remporté le scrutin sans opposition, le BNP et ses 19 alliés ayant boycotté le vote par crainte de fraudes alors qu'ils étaient donnés gagnants.

Selon la police, l'un des corps retrouvé lundi est celui d'Abdul Wadud, un responsable syndical du BNP. Les trois autres n'ont pas été identifiés, a précisé à l'AFP Masud Parvez, inspecteur dans l'arrondissement de Mirpur à Dacca.

"Leurs corps portaient les traces de coups et étaient criblés de balles", a-t-il ajouté.

La plupart des victimes des violences ont péri dans l'incendie de véhicules provoqués par des militants antigouvernement tentant de faire respecter le blocus, affirment les autorités.

Les forces de sécurité sont, quant à elles, accusées d'avoir tué par balles des dizaines de manifestants pro-Zia.

Ces manifestants, argue la police, sont morts dans des confrontations avec les forces de l'ordre ou ont été lynchés ou écrasés en essayant d'attaquer des bus ou des camions.

Plus de 10.000 manifestants ont été arrêtés.

Lors d'un récent entretien avec l'AFP, Zia a à nouveau demandé à Hasina de se mettre en retrait, le temps qu'un gouvernement neutre organise une nouvelle élection.

Mme Hasina refuse de son côté tout dialogue, pour le moment, avec sa rivale.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles