Accord avec la Grèce : pour Merkel, un "point de départ"

La chancelière allemande Angela Merkel au Bundestag à Berlin. [Johannes Eisele/AFP]

La chancelière allemande Angela Merkel a salué mercredi comme "un point de départ" l'accord conclu entre Athènes et ses créanciers, dont l'Union européenne, sur un prolongement de l'aide financière à la Grèce, tout en prévenant qu'il restait "encore beaucoup de travail".

 

"Je salue le fait que nous avons trouvé un point de départ pour les négociations avec le nouveau gouvernement grec", a déclaré Mme Merkel, mais "il y a encore beaucoup de travail devant nous", a-t-elle ajouté, lors d'une conférence de presse à Berlin avec le Premier ministre suédois Stefan Löfven.

"Je salue le fait que nous avons pu imposer de nouveau le principe d'un soutien en échange de contreparties notamment à travers les propositions grecques (de réformes) reçues hier. Et cela constitue le point de départ", a poursuivi la chancelière.

 

Il faut "poursuivre le chemin"

"C'est réjouissant quand on voit ce qui se disait encore il y a quelques semaines", a-t-elle souligné, dans une allusion aux premières demandes faites par le nouveau gouvernement de gauche anti-austérité après sa victoire aux élections grecques en janvier.

Ce terrain commun trouvé avec Athènes "n'est pas peu, mais c'est loin d'être tout", a-t-elle martelé. Désormais, "nous devons poursuivre le chemin" des négociations avec la Grèce, et "ce chemin sera exigeant, là-dessus je ne me fais aucune illusion", a-t-elle dit.

 

Prolongation du programme de financement

Les ministres des Finances de la zone euro ont avalisé mardi le projet de réformes présenté par Athènes, ouvrant la voie à la prolongation jusqu'à l'été du programme de financement du pays.

La chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, se prononcera vendredi matin sur une prolongation jusqu'à fin juin de ce programme d'aide qui arrive à échéance fin février.

 

Les engagements grecs jugés "peu sérieux"

Un feu vert du Bundestag ne fait aucun doute. Les conservateurs (CDU/CSU) et les sociaux-démocrates (SPD) au pouvoir détiennent ensemble environ 80% des sièges, et l'opposition (Verts et gauche radicale Die Linke) devrait voter massivement pour.

Cependant, plusieurs députés conservateurs allemands ont fait entendre leur mécontentement, jugeant peu sérieux les engagements grecs, et devraient voter contre la prolongation de l'aide vendredi.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles