Le Royaume-Uni autorise les bébés à trois parents

Le Royaume-Uni autorise la conception de bébés à partir de l'ADN de trois parents[AFP/Archives]

Le Parlement britannique a autorisé mardi la conception de bébés à partir de l'ADN de trois parents. Cette pratique permet d'empêcher la transmission de certaines maladies graves mais pose de lourdes questions éthiques. 

 

Les députés britanniques se sont penchés hier sur un dossier inédit. Ils ont finalement autorisé dans l'après-midi la fécondation in vitro avec remplacement mitochondrial. Cette technique vise à retirer la mitochondrie défectueuse de l'ovule de la mère pour lui substituer une mitochondrie saine provenant d'une autre femme. L'ovule est ensuite implanté dans l'utérus de la femme, après avoir été fécondé par le sperme du père en laboratoire.

La mitochondrie, qui est le "générateur d'énergie" des cellules, peut être associée à plusieurs maladies graves telles que la cécité ou encore la dystrophie musculaire. Cette pratique devrait donc permettre d'éviter la transmission de ces maladies au bébé, qui ne bénéficierait que des caractéristiques génétiques de son père et de sa mère, et non de la mitochondrie défectueuse.

 

Risque eugéniste ?

Si pour les défenseurs de cette pratique, son potentiel est indéniable, ce n'est pas l'avis de tous. Ses opposants y voient une modification génétique trop poussée, risquant d'entrainer une sélection des bébés. A noter qu'environ un bébé sur 200 est porteur d'une mutation mitochondriale au Royaume-Uni, qui risque d'aboutir à une maladie grave.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles