Irak : l'armée freinée dans son assaut de Tikrit

Les forces gouvernementales irakiennes ont lancé lundi une offensive pour reprendre Tikrit à Daesh. [YOUNIS AL-BAYATI/AFP]

Reprendre Tikrit à Daesh s'avère plus difficile que prévu pour l'armée irakienne. Son avancée a été ralentie par les snipers et les pièges du groupe Etat islamique, au deuxième jour de la vaste offensive pour reprendre cette ville clé entre Bagdad et Mossoul.

 

Les 30 000 soldats dépêchés depuis lundi seront-ils suffisants ? Les forces irakiennes, qui se sont lancées lundi dans une offensive d’envergure pour reprendre la ville de Tikrit à Daesh, sont confrontées à un adversaire bien organisé.

Ce mardi, leur avancée a été freinée par des tireurs embusqués et des pièges laissés aux abords de la ville par les jihadistes. Selon un représentant de l’armée, des civils seraient également utilisés comme boucliers humains.

 

Une aide matérielle de la Turquie

Déjà soutenus par des frappes aériennes de la coalition internationale, les Irakiens ont reçu hier de l’aide matérielle de la Turquie pour appuyer leur offensive.

De son côté, Daesh a annoncé qu’un de ses combattants, un citoyen américain, avait perpétré un attentat suicide contre les soldats irakiens.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles