La fusillade de Bamako revendiquée par Al-Mourabitoune

Un policier est posté aux abords du restaurant La Terrasse, à Bamako, le 7 mars 2015.[HABIBOU KOUYATE / AFP]

Une fusillade s'est déroulée à Bamako (Mali) dans le quartier des expatriés. Un Français figure parmi les victimes. François Hollande a condamné cet attentat samedi matin, et une enquête a été ouverte par le parquet de Paris. Le groupe de Belmokhtar a revendiqué l'attentat dans une vidéo.

 

Un attentat a été perpétré dans la nuit de vendredi à samedi, peu après minuit, contre le restaurant "La Terrasse" dans le quartier des expatriés de Bamako, la capitale du Mali.

Cinq personnes, un Français, un Belge et trois Maliens, ont été tuées. Huit personnes auraient également été blessées, dont trois Suisses. 

La victime française serait un Français de 30 ans qui vivait à Bamako depuis 2007.

 

Lâche attentat

L'Elysée à condamné ce "lâche attentat" samedi matin et offert son aide au président Ibrahim Boubacar Keïta.

L'attaque aurait été menée par un individu qui auraient lancé des grenades avant d'ouvrir le feu à l'arme automatique. Il aurait ensuite pris la fuite avec l'aide d'un complice, rapporte RFI. L'attentat n'a cependant pas été revendiqué. 

 

Deux suspects arrêtés 

Deux individus, dont ni l'identité ni la nationalité n'ont été précisées "sont en train d'être interrogés", a affirmé une source policière malienne, ajoutant qu'ils avaient commencé à fournir aux enquêteurs des informations "intéressantes".

Ils n'auraient cependant pas été "au coeur" de l'attentat de ce matin.

D'après une source diplomatique, le ou les auteurs de l'attaque auraient crié "mort aux blancs" en rentrant dans le restaurant, avant de viser le ressortissant français. 

 

Revendication

Tard dans la soirée, l'agence mauritanienne Al-Akhbar a révélé que le groupe Al-Mourabitoune du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar avait renvendiqué l'attentat dans une vidéo.

"Nous revendiquons la dernière opération de Bamako menée par les vaillants combattants d'Al-Mourabitoune pour venger notre prophète de l'Occident mécréant qui l'a insulté et moqué, et notre frère Ahmed Tilemsi" tué par l'armée française en décembre, affirme un porte-parole.

 

Cellule de crise

Une cellule de crise a été constituée afin de renforcer la protection des ressortissants français qui ont été avertis par les services diplomatiques.

 

Vous aimerez aussi

Mali Deux personnes travaillant pour l'Union européenne tués dans l'attaque à Bamako
vue aérienne prise le 08 janvier 2000 d'un quartier de Bamako [PATRICK HERTZOG / AFP/Archives]
Mali Attaque contre un campement touristique à Bamako
Intervention au Mali A Bamako, l'hommage du président malien à Hollande

Ailleurs sur le web

Derniers articles