Homosexualité : une proposition de référendum fait scandale en Californie

"Des balles dans la tête"pour les homosexuels, préconise un avocat californien.[CC / Cheng]

Un avocat de Californie envisage de présenter un référendum qui préconise l’interdiction de la sodomie et l’exécution des homosexuels. La loi californienne l’y autorise.

 

En Californie, la démocratie est directe et participative. Dans cet Etat de l’ouest des Etats-Unis, le recours aux référendums d'initiative populaire, est inscrit dans la loi.

C'est dans ce cadre très ouvert qu'un avocat souhaite soumettre au peuple un texte baptisé « loi de suppression des sodomites » (The Sodomite Suppression Act) qui préconise d’interdire cette pratique, mais surtout qui appelle à exécuter les homosexuels. Matthew McLaughlin, avocat inscrit au barreau de l’Etat, souhaite ainsi changer le code pénal de Californie pour inscrire l’homosexualité au nombre des crimes passibles de la peine capitale.

 

Une proposition très polémique

Voici sa proposition : « Considérant qu'il est préférable que les contrevenants périssent plutôt que de voir le reste d'entre nous encourir la juste colère de Dieu du fait de notre tolérance insensée envers le mal qui se répand parmi nous, le peuple de Californie, craignant Dieu, recommande dans sa sagesse que toute personne qui touche en conscience une autre personne du même sexe aux fins de gratification sexuelle, soit mise à mort par balles dans la tête ou tout autre méthode plus pratique. »

Les autorités californiennes n’ont aucun recours pour empêcher la présentation de ce référendum devant le peuple. Pour être soumis au vote, le texte doit néanmoins recueillir 365 880 signatures dans un délai de 180 jours. Une hypothèse qui semble improbable dans un état qui a déclaré non constitutionnelle l’interdiction du mariage gay, rappelle Le Monde.

 

La question globale du référendum populaire

Au delà de la proposition de l’avocat McLaughlin sur l’homosexualité, cette affaire risque d’encourager les opposants au système d’initiative populaire californien. Ainsi, la somme de 200 dollars (payée le 26 février par McLaughlin), qui permet aux idées d’être soumises au public, ne semble pas représenter un seuil suffisant pour éviter les dérives. Deux élus californiens souhaitent porter le seuil à 8 000 dollars, ce qui, selon eux, aurait un effet dissuasif sur les propositions. « Nous vivons en Californie, le berceau de la démocratie directe. Mais nous avons aussi besoin d'un seuil de comportement raisonnable », ont justifié Evan Low et Richard Bloom, les deux porteurs de la proposition. 

 

Liberté d’expression

Une pétition qui demande la radiation du barreau de Matthew McLaughlin a été lancée le 20 mars sur le site change.org et avait récolté 17.000 signatures lundi, selon le Los Angeles Times. La liberté d’expression, un droit fondamental aux Etats-Unis, aurait été dépassée, selon l’instigatrice de la pétition Carol Dahmen. « Du point de vue de la liberté d'expression, c'est une discussion intéressante. Mais ici, il s'agit d'un avocat, et qui lance un appel au meurtre ! », explique-t-elle.

En 2004, Matthew McLaughlin avait expliqué au LA Times pourquoi il souhaitait que la Bible soit étudiée à l’école. « Même si vous ne croyez pas en son enseignement, reconnaissez qu’elle renferme un usage magnifique de la langue anglaise », avait expliqué l’avocat.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles