Indonésie/peine de mort : le recours d'une Philippine rejetté

Le Français Serge Atlaoui, doit comparaître le 1er avril devant un tribunal de la banlieue de Jakarta qui transmettra ensuite son ultime recours à la Cour Suprême, pour tenter d'échapper à une exécution qui pourrait être rapide.[AFP]

La Cour suprême d'Indonésie a rejeté la demande de procès en révision d'une Philippine condamnée à mort pour trafic de drogue, selon le site de la haute juridiction qui devrait examiner prochainement le dossier d'un Français dans un cas semblable.

 

La Philippine Mary Jane Fiesta Veloso avait été arrêtée en 2010 à l'aéroport de la ville de Yogyakarta, sur l'île de Java, où elle arrivait de Malaisie en possession de 2,6 kilos d'héroïne. Elle avait été condamnée la même année à la peine capitale.

La Cour suprême a indiqué sur son site avoir rejeté mercredi le recours de la condamnée, sans apporter d'explication à cette décision. Un porte-parole de la cour contacté par l'AFP n'était pas joignable dans l'immédiat.

Un autre condamné à mort, le Français Serge Atlaoui, doit comparaître le 1er avril devant un tribunal de la banlieue de Jakarta qui transmettra ensuite son ultime recours à la Cour Suprême, pour tenter d'échapper à une exécution qui pourrait être rapide.

 

Serge Atlaoui arrêté en 2005

Agés de 51 ans, Serge Atlaoui avait été arrêté en 2005 dans un laboratoire clandestin de production d'ecstasy, à Tangerang, dans la banlieue de Jakarta, et condamné en 2007 à la peine capitale pour trafic de drogue.

Le Français s'est toujours défendu d'être un trafiquant de drogue, affirmant qu'il n'avait fait qu'installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique.

Outre la Philippine et le Français, d'autres étrangers parmi lesquels deux Australiens, ainsi des ressortissants du Brésil, du Ghana et du Nigeria ont été condamnés à mort et risquent d'être exécutés prochainement, après le récent rejet de leur demande de grâce présidentielle.

Le gouvernement indonésien a promis d'attendre la fin de toutes les procédures judiciaires en cours avant d'annoncer la date des exécutions.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles